Joyce Carol Oates - Délicieuses... Pourritures

05.08.2006 | Mis à jour le 06.09.2008 | Black
4529 visiteurs  -  Aucun commentaire

Je vous aime, pourries,
Délicieuses pourritures.

J’aime vous aspirer hors de votre peau Toutes brunes et douces et de suave venue, Toutes morbides...

Sorbes, nèfles aux couronnes mortes. Je l’atteste, merveilleuses sont les sensations infernales, Orphique, délicat Dionysos d’en bas.

Un baiser, un spasme d’adieu, un orgasme momentané de rupture Puis seul, sur la route humide, jusqu’au prochain tournant, Et là, un nouveau partenaire, à nouveau se quitter... Une nouvelle ivresse de solitude parmi les feuilles périssantes glacées de gel. [1]

Date : 1975.

Lieu : Campus universitaire, Catamount, Massachusetts.

Une période difficile, sans enjeu, sans profonde motivation, pour les étudiantes de ce campus. John Kennedy est mort depuis une dizaine d’année, la guerre du Viêt-Nam s’est enfin achevée... Contre quoi et pour quelle cause, cette jeunesse peut se rassembler, se rebeller... L’âge d’or des revendications politiques est dépassé, leurs parents ont déjà vécu la libération sexuelle, que reste-t’il donc à cette jeunesse ?

Du Valium et des anti-dépresseurs...Un monde où les idées suicidaires sont omniprésents (le spectre des sœurs Lisbon reste en moi !)... Un monde où l’anorexie se vit naturellement...Un monde où un pyromane sévit à l’intérieur de ce campus...

Alors, lorsqu’un professeur de poésie, « charismatique », avec sa femme sculptrice (d’un art moderne plus que controversé) et « énigmatique » entrent en scène au milieu d’un groupe de 12 étudiantes... Avec des étudiantes qui ne semblent se passionner que pour l’intérêt et l’amour de ce professeur...Un professeur qui pousse ses étudiantes à se dévoiler en profondeur, le plus intimement possible...Un professeur qui demande à ses étudiantes de tenir un journal intime pour le lire à haute voix et qui jubile lorsque celui-ci rentre dans les détails les plus cruels et les plus sombres de l’intimité (psychologique et physique) de chacune... Une montée en puissance crescendo vers un univers dramatique où la cruauté des mots renforce la jalousie de chacune...

(BMP)

« Vous ne pouvez pas aller plus profond ? Allez plus profond. Frappez au point le plus faible. Cherchez la jugulaire. »


Table des Matières

Chapître 01 : Reflets en eau trouble

Chapître 02 : Délicieuses Pourritures

Chapître 03 : Man Crazy

Chapître 04 : Johnny Blues


[1] D.H. Lawrence, « Nèfles et sorbes », dans Oiseaux, bêtes et fleurs.

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 64 visiteurs par jour (600899 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2