Arto Paasilinna Petits suicides entre amis

28.09.2006 | Black
4303 visiteurs  -  3 commentaires

« Il croyait savoir qu’il se commettait chaque année en Finlande plus de mille cinq cents suicides, et il y avait dix fois plus de gens qui y songeaient. Essentiellement des hommes. Rellonen avait lu ces chiffres dans le journal. Les meurtres et les assassinats ne dépassaient pas la centaine.

[...]

Rellonen développa son idée :

« Je viens juste de penser que l’on pourrait rassembler toute cette troupe, tous ces candidats au suicide, je veux dire. Pour parler de nos problèmes communs et échanger nos points de vue. J’ai l’impression que beaucoup renonceraient à attenter à leurs jours s’ils pouvaient parler librement de leurs soucis à des collègues. Comme nous le faisons depuis deux jours. Nous avons discuté du matin au soir, et ça m’a fait un bien fou. »

Petits suicides entre amis d’Arto Paasilinna : un titre provocateur, une ambiance morbide, un cri de désespoir d’une société en perdition ?

L’auteur échappe à tous ces clichés en proposant une réelle réflexion sur le suicide. Comme une évidence, le suicide touche tout le monde, toutes les classes de la société, les pauvres comme les riches. Simplement, même si l’argent peut mieux aider à supporter la vie et ses aléas, ce n’est peut-être pas l’essentiel pour rester plonger dans le bonheur. Les suicidaires, de simples mortels qui n’ont plus envie de poursuivre le cours des évènements, trouvent souvent leur motivation dans une profonde solitude. Ils ont perdu contact avec les proches, avec les autres, avec la société, et se sentent de ce fait, rejetés, abandonnés, exclus. Le mal d’un pays, d’une société qui ne sait pas comment aider ces personnes laissées (volontairement ou pas) en marge de celle-ci. Les institutions, les pouvoirs publics, les autres aussi, les ignorent tout simplement, ne les comprennent pas. Pourtant, créer des liens amicaux, fraternels suffirait peut-être (certainement ?!) à redonner confiance et espoir à ces suicidaires.

(JPG)

« Les suicidaires conclurent d’une seule voix que si le plus grave dans la vie c’était bien la mort, ce n’était quand même pas si grave. »

Un roman, parfois cocasse, souvent émouvant, qui nous embarque à bord d’un bus en compagnie de simples finnois qui n’ont que de l’amour et de l’amitié à donner, à travers les paysages de Finlande. Une amitié va naître, des liens vont se concrétiser pour unir ces suicidaires anonymes et les réunir pour la vie. L’amour du prochain et la solidarité, deux valeurs saines et sûres pour [re]découvrir la vie et les autres. Avec comme point de départ le désespoir de quelques personnes, je me retrouve, au fil des phrases et des humeurs des protagonistes, devant un optimisme béat, vers un nouvel apprentissage de la vie.

Je compte bien poursuivre mon chemin avec Arto Paasilinna et sillonner, en bus ou en stop, les routes de cette Finlande qui m’est totalement méconnue. Et au passage, escale technique entre deux tempêtes de neige, je vous propose, autour d’un Cardhu histoire de se réchauffer de ce froid polaire, un entretien avec Arto.

Parler, discuter librement avec un ou des amis apporte cet équilibre dans la vie pour supporter les chagrins et les tempêtes que nous sommes susceptibles de traverser. [1] Mais les liens qui unissent deux amis peuvent être tels que la parole n’est plus nécessairement indispensable. 2 amis qui se retrouvent autour d’une bière ou d’un CD peuvent s’aider mutuellement à dépasser leurs maux sans avoir besoin de mots. Le silence peut avoir également cette force qui peut permettre d’unir et de souder des liens amicaux.

[1] Attention ce paragraphe n’est qu’un reflet de ma pensée, je ne voudrais pas associer l’auteur à ce qui suit.

 

3 commentaires

Arto Paasilinna 5 avril 2007 MATERAZZI
Trop bien ce livre, je le conseil a tout le monde. On dirait que c’ est un livre triste, mais tout est ironiser smiley Superbe livre smiley
I love Arto Paasilinna 30 janvier 2007 So

C’est aussi le premier qui j’ai lu de cet auteur génial, et celui que j’ai le moins aimé... Je te conseille La Forêt des renards pendus : un must pour moi !!

 smiley

Arto Paasilinna 29 septembre 2006 blue

Du même auteur, "Un Homme Heureux". L’histoire d’un homme qui fait ce qu’il veut, à sa manière. Jusqu’à bouleverser un coin de campagne finlandaise.

Tellement décidé et intraitable que personne ne lui résiste. Mais est-il heureux ?

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 70 visiteurs par jour (599416 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2