Robert Littell La compagnie

28.10.2006 | Mis à jour le 07.11.2006 | Red
4588 visiteurs  -  3 commentaires

Nous raconter l’histoire de la « CIA » de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la chute de l’URSS : telle est l’ambition de ce roman La Compagnie qui décrit magnifiquement ce milieu où tous les coups sont permis pour vaincre l’ennemi communiste, sur tous les champs de bataille du monde, jusqu’à la grande victoire finale dont personne ne doute.

Pour cela l’auteur, Robert Littell, grand spécialiste du roman d’espionnage sur fond de guerre froide et père du tout récent Goncourt 2006 Jonathan Littell, va se servir de la carrière fictive de 3 copains de fac recrutés dès la fin de leurs études. Les 2 premiers par la CIA, le 3ème par le KGB (les 2 premiers n’étant pas au courant des activités du 3ème).

(JPG)

Si les principaux personnages sont imaginaires, ils côtoient néanmoins de vraies figures historiques, telles que les frères Kennedy, Nixon, Reagan (décrit comme un parfait abruti incapable de prendre la moindre décision), Kroutchev, et même au hasard d’une page, un jeune colonel du KGB plein d’avenir prénommé Vladimir...

L’un des 2 "bleus" américains se retrouve sous les ordres de Harvey Torriti, nom de code "Le Sorcier", chef d’antenne de la CIA dans le Berlin d’après-guerre. Son physique est assez éloigné des héros de Hollywood, il est obèse, violent, alcoolique, pas toujours courtois avec sa hiérarchie mais possède un sens du devoir et une foi en sa patrie irréprochables et se déplace dans ce monde obscur comme un poisson dans l’eau. Aucune ficelle ni aucun coup tordu n’ont de secrets pour lui. Il va prendre en main le vrai héros du roman, Jack McAuliffe, nom de code "l’Apprenti Sorcier" (l’un des 2 étudiants du début donc...) et lui apprendre la dure vie d’espion.

Principaux spectateurs des nombreuses crises de la guerre froide, parfois actifs, parfois passifs mais toujours attentifs, nos héros vont passer de la réussite totale (comme lors de l’exfiltration d’un scientifique russe en plein Berlin-Est) à celle de l’immense désillusion, doublée d’amertume, lorsque la CIA abandonne à leur sort (c’est-à-dire à une mort quasi certaine) les partisans hongrois lors de l’insurrection de Budapest en 1956, alors même qu’ils avaient promis de les soutenir si ceux-ci se révoltaient contre le pouvoir communiste en place. Ils connaîtront également, entre autres, le fiasco de la baie des cochons, l’invasion soviétique en Afghanistan et le putsch contre Gorbatchev en 1991, et sur le terrain ils apprendront à collecter des informations en territoire ennemi, à traquer les agents doubles, les agents triples et également à interpréter toute une batterie de faits et d’événements d’apparence mineure qui finalement mis bout à bout dévoilent les objectifs de "ceux d’en face". Et une nouvelle fois contrairement à l’idée reçue (née du matraquage hollywoodien), on s’aperçoit qu’à ce petit jeu, ce ne sont pas toujours les américains les plus forts.

Quand arrive la fin de ce pavé de plus de 1000 pages (franchement je ne les ai pas vu passer) où se mêlent réalité historique et fiction on ne peut plus crédible, je me prend à espérer que son génial auteur aura la bonne idée un jour d’écrire la suite retraçant les faits de 1991 à nos jours.

 

3 commentaires

Robert Littell 13 février 2008 le mouton sauvage

Synopsis : L’histoire débute en 1954 à Berlin, coeur même de la guerre froide où Harvey Torrita, le chef local de la CIA ? surnommé " le sorcier " - et son assistant, Jack McCauliffe, tentent de faire passer à l’ouest des transfuges du KGB. Les informations que ces derniers peuvent livrer sont capitales ; elles concernent la présence d’une taupe aux plus hauts échelons de la CIA.

L’échec d’une des principales défections apporte la preuve de cette trahison. Mais reste à trouver le coupable... Cette quête sera le combat personnel de Torrita et MCCauliffe pour les années à venir, impliquant aussi bien le MI6, le Mossad, que le KGB...

Mais une fois le traître découvert, les problèmes rencontrés lors des crises de Budapest puis de Cuba apportent à leur tour la preuve qu’il n’agissait pas seul. Une autre taupe, aussi dangereuse, met en péril toutes les opérations de "The Company", avec en réalité pour objectif la destruction définitive du camp occidental, grâce à un plan machiavélique...

Cette histoire ne vous rappelle rien ? Mais c’est exactement ce que nous racontait notre blogger « Red » ! Bon, Ok, honte à moi, je n’ai pas encore suivi ses conseils en lisant le roman de Robert Littell. J’ai un peu peur de cette littérature d’espions qui ne m’a jusqu’ici jamais emballé (j’ai quand même lu 1 John Le Carré !) Par contre, je ne vais pas raté la diffusion de la série TV inspiré de son roman ! Et encore merci RED !

Robert Littell 29 octobre 2006 Black 1  rép.

Intéressant...

un parfait abruti incapable de prendre la moindre décision...

Cela me rappelle quelqu’un... Serait-ce une fabrique de marque de ce pays que de promouvoir ce genre de président...

La Baie des Cochons, l’Afganistan, Gorbatchev... des faits bien connus rendus publics. Mais est-ce que l’auteur dévoile ce que la CIA nous ment depuis des années, à savoir la raison pour laquelle elle a assassiné le président JFK ?

Et pourquoi, la CIA continue de nous cacher l’enlèvement d’Elvis par les extraterrestres ?

Toujours des questions sans réponses... Et je serais bien d’accord pour demander à l’auteur une suite sur les années 2000 où comment est-ce que la CIA serait à l’origine du plus grand complot de tous les temps...

Robert Littell 30 octobre 2006 Red

Non, ami internaute, ces points ne sont pas abordés dans le bouquin. Mais si tu veux en savoir plus sur l’assassinat de JFK, je te conseille la lecture d’American tabloïd de James Ellroy, ça devrait répondre à pas mal de tes questions. Pour le reste, je ne peux t’en dire plus, je ne veux pas d’ennuis avec la NSA.

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 63 visiteurs par jour (600899 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2