Nicola Sirkis Les Mauvaises Nouvelles

11.12.2006 | Black
24237 visiteurs  -  3 visiteurs aujourd'hui  -  26 commentaires

La dernière fois que j’ai entendu parlé d’Indochine fut à une certaine fête de la musique dans un méga concert gratuit. La foule y était nombreuse, sans être vraiment hystérique. Peut-être pleuvait-il ? (Il pleut toujours le jour de la fête de la musique). Moi, je ne faisais que traverser la place à la recherche d’un coin pour respirer, d’un coin pour une bonne mousse (une Paulaner, certainement : rêve d’un soir, elle fut blonde, brune ou rousse). Loin de moi l’envie d’écouter ce groupe « has been » de rock français (nous sommes dans les années 90...), j’étais surtout à la recherche d’un couple d’amis perdus dans cette foule immense. Je ne les revis que quelques jours après. Qu’avaient-ils fait pendant ce concert, pendant ce laps de temps ? Peu importe, je les ai retrouvé, par la suite, pour le meilleur et pour le pire...10-12 ans après, Nicola Sirkis, s’étant éclipsé momentanément d’Indochine, re-parvient à mes oreilles par l’intermédiaire d’un recueil de 12 petites nouvelles : « Les Mauvaises Nouvelles ».

(JPG)

Gothique et noir, ce recueil me semble à l’image du groupe. Notez la précaution prise avec le « semble » car je suis loin d’être un expert en Indochine. J’y découvre un monde perdu le plus souvent dans l’adolescence avec son mal-être, son malaise et cette peur de grandir, de devenir adulte. La mort, le suicide prennent une place importante voire prépondérante dans ces nouvelles ; L’acte de se donner la mort comme une échappatoire à ce monde en rupture y est exposé sans tabou, simplement, cruellement. Là où Jeffrey Eugenides nous décrit le suicide comme un acte poétique et romantique, Nicola Sirkis affiche un coté plus sanglant, incisif, voir choquant.

Quitte à mourir, autant vraiment marquer le coup, non ? Faut que ça se voie. Ma mort, je la veux sanglante, avec du rouge sur les murs, sur la moquette de ma chambre, sur mes vêtements. Faut que ça soit sale ! Je ne veux pas que ça soit beau, et surtout quand on me retrouvera, je veux que ma mort laisse un mauvais souvenir, un très mauvais souvenir à tous ceux qui me connaissent. Comme ça, quand ils se rappelleront de moi, il y aura toujours deux images en eux : celle d’un jeune mec de dix-sept ans, mignon et intelligent (il paraît), et celle de son corps par terre, la tête éclatée en dix mille morceaux dans sa chambre (un CD de Marilyn Manson en boucle). [1]

(JPG)

Marilyn Manson, l’ombre d’un chanteur-égosilleur aux allures de gothisme apocalyptique, doué d’une influence sur des adolescents fragiles, en rupture de leur société, de leur monde : voilà peut-être bien le problème de notre société qui semble n’avoir plus de repère... plus d’envie...plus d’espoir...

Mais l’amour y trouve aussi sa place ainsi que le droit à la différence. Sortir de la « normalité » ne devrait pas être une tare, mais une qualité ou un état de fait que l’on peut afficher, avec fierté.

(JPG)

L’important, c’est d’être ce que l’on est, d’être ce que l’on ressent : une revendication à la différence quitte à se retrouver « marginalisé » et mis à l’écart par un pan de la société. Parfois cocasse et drôle mais aussi perverse, certaines nouvelles flirtent avec la pornographie, mais toujours avec un regard quelque que peu décalé, avec des situations loufoques qui sortent de l’ordinaire, toujours avec ce même esprit de droit à la différence.

Subitement, la fille se figea, clouée sur le tapis. Immobile. Devenu tribun face à son auditoire, Frédéric se lança dans une sorte de litanie impitoyable sur la musique de Prince, qu’il opposait d’ailleurs facilement au jazz. Au hasard, il prit un CD dans la discothèque - un Chet Baker - et le brandit comme la Bible à tous ceux rassemblés dans le salon une nouvelle fois pour l’écouter, amusés [...].

Le discours de Frédéric était assez scolaire et lui rappelait justement ses débats interminables à l’époque du lycée, quand chacun dissertait sur le nouveau disque de Neil Young, Grateful Dead ou autre Genesis. [...].

Toujours assis à sa place, sans bouger, il assista alors à une scène qu’il pensait avoir déjà vécue : sans doute ce vieux phénomène de réminiscence qui se manifestait encore. Dès le début de My Funny Valentine, tous les invités se mirent à rire, à rire et à danser dans une sorte de transe collective. On aurait dit les membres des pseudo-Enfants de Dieu en plein délire ou des derviches tourneurs à la bordelaise. Euphorie étrange qui naissait de la tristesse. Ils n’allaient quand même pas faire une farandole du genre « A la queue leu leu » sur du Chet Baker et puis, surtout, l’entraîner avec eux ! [...]. [2]

(JPG)

Quelles fabuleuses références ! ! !

Neil Young, Grateful Dead, Genesis... Mais il a pioché dans ma discothèque ? J’entends d’ici la voix caractéristique de Neil accompagné (ou pas) de son Crazy Horse Band. Tantôt blues, tantôt folk ou bien rock, les CD de Neil Young s’empilent depuis des années sur mon étagère ; la poussière y est proscrite, des années après ces vieux disques tournant régulièrement dans ma tête et sur ma platine. Grateful Dead, l’image d’une Californie sous LSD, c’était la belle Époque, la grande Époque, celle où Peter Gabriel faisait de Genesis un groupe à part avec des contes musicaux qui bouleversaient tout un peuple, tout un monde : le mien. Une voix, une flûte et j’entre en transe.

My Funny Valentine
Sweet Comic Valentine
You Make Me Smile With My Heart

Your Lipss Are Laughable,
Unphotographable
Yet You’re My Favorite Work Of Art

Is Your Figure Less Than Greek
Is Your Mouth A Little Weak
When You Open It To Speak
You’re not very Smart

Don’t Change A Hair For Me
Not If You Care For Me
Stay Little Valentine and Stay

Everyday, everyday is Valentine
i-i-yine-i-yine-yine-iii
Yeah (whoa)
Ay, yeah, yeah, yeah, yeah
ha-ha-ha-ha
(My funny Valentine)
(My funny Valentine)

My Funny Valentine, quel titre ! Les plus grands l’ont repris, Chet Baker et Gerry Mulligan bien sur, mais aussi Franck Sinatra, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Stan Getz, Sarah Vaughan... Pourquoi cette énumération ? Il ne s’agit pas de vous en mettre plein la vue avec mes connaissances « wikipedesques », mais simplement pour signaler la sublime version de Van Morrison extrait de son non moins magnifique Live « A Night in San Francisco » ! [3]. Une merveille, un plaisir pour les (mes) oreilles, des sensations inoubliables... Un disque de chevet qui, dès la nuit tombée, m’ouvre un nouvel horizon vers un ailleurs rempli de blues, de folk et de ballades romantiques sous les halos des lampadaires d’une Baie de San Francisco encore embrumée. Je l’écoute, les yeux clos et... comme qui dirait mon professeur de philosophie dont j’ai oublié totalement son nom et son existence : Hors Sujet... (JPG)

En fin de compte, c’est souvent drôle, émouvant, sincère. « Souvent », parce que je lance mon bémol : toutes les nouvelles ne sont pas du même calibre. Si certaines vous remuent les tripes, et les mettent en pièces, d’autres m’ont laissé sur ma faim. La curiosité m’a poussé vers la découverte d’un Nicola Sirkis « auteur » alors que le Nicola Sirkis « chanteur » ne m’intéresse pas du tout. Mais j’avoue que c’est sans regret (au moins pour certains textes) que je me suis mis à tourner les pages de ses « Mauvaises Nouvelles », d’autant plus subtilement illustrées par une Valérie Lenoir de grand talent.

[1] Extrait de « Suicidal Tendencies ».

[2] Extrait de « Chet Baker ».

[3] P’tit Bonus, Shalin’ All Over - Gloria

 

26 commentaires

Nicola Sirkis 18 novembre 2010 mastad
je me réjoui delir ce livre smiley smiley smiley smiley smiley smiley

-----> mauvaises nouvelles

Nicola Sirkis 23 mars 2010 EMMANUELLE
coucou juste pour dire un grand merci a toi NICO je suis allé au concert samedi 19 mars a gayant expo douai j’ai adoréééé !!!!!mise a part un gros con de rédacteur du jounal LA VOIX DU NORD a sali le groupe plus bas que terre ! de suite ma rage a monté et poussé a téléphoner et laisser un commentaire sur ce minable journal ca ma soulagé d’avoir pu dire ce que je pensé sur ce rédacteur enfin quoi qu’il en soit grand merci NICOLA SIRKIS bisou une des plus grande fan !!!!!! ;)

-----> merci NICO

Mon petit cahier 26 mai 2008
Toujours votre, Le Petit Ange Noir.
Nicola Sirkis 30 juin 2007 princesse-pl0uf

 smiley ben moi rien qu’un truc a dire : smiley

I LOVE NICOLA SIRKIIIIS merci smiley

Nicola Sirkis 22 mai 2007 vivre
je voudrai bien que tu me contacte si tu veux bien voila mon adresse email viv.dos-santos@laposte.net j’aime beaucoup tes chansons et ta voix me fait vibrer alors si te plait repond moi vite.je suis dans une deprime total
Nicola Sirkis 10 mai 2007 mag
Cette oeuvre à certes un coté "Morbide" mais en tout cas c’est écrit avec douceur et innocence, a travers ce livre on découvre une âme, il nous permet de mieux comprendre nicolas sirkis. Car ce livre et les paroles de ses chanson se rejoignent. En effet, ce livre nous transporte dans un monde, il nous ensorcele comme les chansons d’indochine... et croyez moi c’est un beau voyage...
Nicola Sirkis 29 avril 2007 indocha
j’ai vraiment beaucoup aimer le recueille de nouvelle, surtout la nouvelle "chambre 9", peut être parce que c’est la première nouvelle que j’ai lu. Moi aussi j’adorer déjà indochine et c’est vrai que les gens ne prène même pas le temps d’écouter les chansons. Quand tu leur lit les parole de justine il trouve ke c super bo mais quand tu leur dit que c indochine curieusement ils aiment plus. Bravo Nicola pour ta poésie.Et merci d’être Là. Et bravo à black pr ta cronique.
Les Mauvaises Nouvelles 11 avril 2007 isabelle363
ça fait plaisir de voir un non-fan parler d’indochine sans pour autant cracher dessus,je te connais pas mais pour ça je te respecte déjà :) pour ma part,j’affectionne tout particulièrement "china daily", "justine", "l’ascenseur sans retour" et "suicidal tendencies" (vive Salinger !)
Nicola Sirkis 3 avril 2007 liloo

moi jadore indochine et vu le résumé je pense que je vais bientot acheter le livre !! smiley

Vive Nicola Sirkis !!! smiley

Nicola Sirkis 25 mars 2007 anne-cé
Je l’ai acheté hier le bouquin et je suis déja accro, comme beaucoup , meme si jai pu voir ce que tu avais écris apres, je tiens aussi a préciser que c’est les médias qui ont boycotté Indo.. peut etre parce qu’ils étaient trop réels, et aimaient choquer, en tout cas Indo est revenu et c’est le principal =) Nico je l’ai rencontré il y a un mois, et il est génial, il est celui qu’on s’imagine tous, pour notre plus grand bonheur. Et il est encore plus beau en vrai.. Arf Indo il suffit d’un concert pour en devenir accro, tel est mon cas il y a 6 mois.. meme si avant j’adorais déja, et bien maintenant c’est Indo et moi ;))
Nicola Sirkis 2 mars 2007 coxy
merci a toi pour ce resumé, tu m’as également donné envie de le lire. je le cherchais mais je voulais avant tout savoir de quel sujet traitait ce livre. Indochine a su rester sur la place musicale et prendre de plus en plus d’importance et ce grâce à Nicola. sans lui on pourrait toujours courrir pour pouvoir s’emerveiller en écoutant Hanoïï. Nicola tu es et tu resteras le meilleur.

-----> merci

Nicola Sirkis 18 février 2007 africa951
J’adore Indochine je retourne les voir en concert a bordeaux le 17 mars c que du bonheur !!!un grand merci a Nicola d’avoir persevere ,d’avoir fait face a tant de problemes dans ces annees 90,merci,merci maintenant je n’ai pas lu son livre mais vous m’avez vraiment donne envie de le decouvrir merci a tous
Nicola Sirkis 23 janvier 2007
 smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley je vais o concert o zenith de lille tro cool !!!
Nicola Sirkis 12 janvier 2007 typh 8  rép.
Tssssss, j’adore ton blog Black, decouvert grace a mes recherches sur la chanson "hallelujah". Mais là je ne peux pas te laisser écrire comme ca sans rien dire que Indochine est un groupe "has been", ou qu’il l’a été... On peu ne pas aimer ok ca d’accord, mais on ne peu pas dire que c’est un groupe "has been". Viens avec moi en Mars au concert, je te montrerais qu’ils sont bien loin de ca... Quand a Nicola auteur, j’aime beaucoup aussi, mais regarde un peu les paroles des chansons qu’il a écrire et tu retrouveras le Nicola auteur des "mauvaises nouvelles" Voilà...j’adore aussi comment toi tu écris...lol c’est vrai par tes textes tu arrives a faire passer bcp de choses. Bonne continuation.typh
Nicola Sirkis 12 janvier 2007 Black

Merci Typh, c’est trop d’honneur...

Mais honnêtement, début 90, Indochine était à la rue, et on entendait plus trop parler d’eux, sinon comme un groupe oublié et perdu dans la fin des années 90. Grâce à la persévérance de Nicola Sirkis, il est redevenu un groupe de rock français qui partage le devant de la scène et n’est plus « has-been » ...

Par contre, je continue à penser qu’au milieu des années 90, peu de fans avaient le courage de revendiquer haut et fort leur soutien à ce groupe et que par conséquent, il était plus proche de la disparition que d’une nouvelle rencontre avec le succès.

en tout cas, merci de me lire et de continuer (même si la musique d’Indo me laisse un peu indifférent) smiley mais peut-être ai-je tort...

P.S. : et c’est aussi pour pouvoir permettre aux lecteurs de réagir...

Nicola Sirkis 14 janvier 2007 Roger Addict (& Indo addict)

Ce sont les médias qui les ont "has-beené" dans les 90’s, eux ont continué malgré tout (et leurs concerts continuaient à exister, même avec moins de monde)...et les deux albums sortis dans les 90’s sont merveilleux "Wax" et "Un jour dans notre vie" sont les deux meilleurs prod d’indo je trouve...Ils ont juste été boycotté par les radios et télés, pour permettre l’émergence des boys bands (de merde !!), du rap ou de la "brit-pop" genre radiohead ou encore du rock "bourrin" genre off spring, nirvana...Indo faisait aussi de la brit-pop en fait, mais en français, ce qui n’a pas plu aux chefs de la muzik... :-/ certes, ils ont eu des problèmes internes à l’époque et ils ont un peu subi leur image de groupe d’ados un peu foufou des 80’s, mais bon ils ont toujours su s’adapter à la muzik du moment, évoluer, rester aux contacts des tendances pop-rock...Je le dis encore une fois, ils ont "disparu" à cause des médias, du manque de soutien des maisons de disque, le vent avait tourné on ne sait pas trop pourquoi....et maintenant ça a retourné dans l’autre sens. Bonne année à tous ;-)

Nicola Sirkis 3 mars 2007 labarere cathy

cher mr nicolas sirkis ma fille marylene va feter ses 25 ans le 17 mars prochain son plus beau cadeau et reve serait celui de vous approcher elle est fan de votre groupe depuis l age de 15 ans elle suit vos concert quand ca lui est possible elle sera a toulouse le 6 mars et le 19 mai a paris si je me permet de vous ecrire c est pour vous demander cher nicolas d accepter de bien vouloir la recevoir ne serat ce qu un instant dans la mesure devos possibilites bien sur ma fille n a pas une vie tres facile son fiance a eu un grave accident de la route le 8 mai 2004 il est toujours handicape et elle l a epouse par amour pour lui le 22 juillet 2006 malgres ses soucis elle a toujours suivi votre groupe vous l avez aide beaucoup dans ces moments difficilesc etait son refuge ecouter vos chansons ce que je demande est sans doute irrealisable mais les reves deviennent quelque fois realite ! je vous donne son nom elle sera surement au premier rang au date precisees au debut de mon message , marylene cedet, si vous poviezla faire monter sur scene et lui faire un bisou je crois que ce sera pour un moment inoubliable je vous remercie pour m avoir lu cher nicolas et vous souhaite baucoup de bonnes choses pour l avenir madame labarere cathy maman de marylene

Nicola Sirkis 5 mars 2007 A Roger & Indo Addict

Pt Black, tu connais bien Nico !? tu es son agent !? :p :D

Nicola Sirkis 5 mars 2007 Black

Cela fait quelques temps que je n’ai pas vu ce bon vieux Nico !

Faut dire qu’il est très pris dans l’écriture d’un nouveau roman... Alors, du coup, je le laisse un peu tranquille en ce moment...

Mais la prochaine fois qu’on se prendra une bière ensemble, je lui en causerai un p’tit mot... smiley

et puisque Nico est un fidèle lecteur de ce blog, toutes les « lettres ouvertes » adressées à lui sont les bienvenues !

Nicola Sirkis 16 décembre 2007 alibert alexandra fille de andré alibert et petite fille de alibert laurent

Monsieur Sirkis, j’ai appris il y a peu de temps que vous aviez lancé un message lors d’un concert à Albi où vous demandiez si des spectateurs étaient natifs de Paulinet. Mon père s’appelle André Alibert et vous admire, apparemment vos parents avaiet loué une maison à Carro où vous aviez résider votre adolescence, je sais même que votre mère avait gardé contact avec un monsieur s’appelant Ferdinand. Mon père est un grand fen de vous. Il habitait Frayssinel, ses parents s’appellent Laurent et Georgette Alibert et étaient agriculteurs donc si vous les reconnaissez prenez contact avec eux si votre recherche est toujours d’actualité.

Avec tout mon respect Alexandra

-----> recherche de personnes de Paulinet

Nicola Sirkis 16 décembre 2007 A Roger Addict

c’est rafraîchissant cette gentille crédulité au milieu de notre bas monde...=) Black, tu diras à Nico que Le Dernier Petit Tour d’Alice & June au Bikini c’était génial !!! ;-) @plouch’

Nicola Sirkis 16 décembre 2007 Black

C’est à dire qu’on est un peu en froid, en ce moment. J’ai voulu lui offrir une bière (la meileure de ma cave) et il a refusé sous pretexte qu’il devait faire un concert le soir-même...

Mais où va le rock, si on rentre même plus bourré sur la scène ?!... smiley

Nicola Sirkis 19 décembre 2006 A Roger Addict 3  rép.
Un sacré personnage Nicola !! C’est marrant, j’ai découvert ton site avec le post sur Roger (car j’étais à Magny Cours), j’ai ensuite lu le post sur Placebo (je les ai vus à Toulouse il y a un mois) et là, je découvre ce post sur les "Mauvaises nouvelles", je suis inconditionnel d’Indochine !! C’est vrai que ce bouquin est particulier, vraiment à l’image de Sirkis, inégal, original et farfelu voire absurde, noir aussi, mais parfois beau, insouciant...Petite précision : Nicola n’a jamais "quitté" le groupe, au contraire, c’est lui qui le fait vivre depuis pres de 25 ans, et plus particulièrement dans les années 90 où c’était la bérézina pour eux (malgré Wax et Un jour dans notre vie, deux albums merveilleux...). En tout cas, bravo pour la richesse de tes écrits... ;-)
Nicola Sirkis 19 décembre 2006 Black

Encore merci, je reste doublement confus...

J’avais écrit "quitté" dans le sens où ma chronique n’est pas sur le Nicola d’Indochine mais sur le Nicola auteur. Par contre, je sais qu’il est partie intégrante du groupe et que c’est par lui qu’il vit encore, qu’il a su reconquérir pas mal de fans contrairement au passage à vide des années 90...

En tout cas, merci de ta visite et de ta participation !

 smiley

Nicola Sirkis 24 novembre 2010

je trouve le sujet très interressant et l’article très sympa, je ne connaissais pas Neil Yong plus que ça , ni les engagements représentés par ses chansons ;" OHIO" est magnifique à pleurer.Sinon, j’adore INDOCHINE et je cherchais juste des articles sur " les mauvaises nouvelles" je vais donc surement me l’acheter aves un CD de Neil Young . MERCI Dwight smiley smiley

Nicola Sirkis 26 novembre 2010 Black

Pour en découvrir plus sur Neil Young et son dernier album, rendez-vous sur Rock’n Livres, des passionnés en parlent !

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 73 visiteurs par jour (611118 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2