Russell Banks Pourfendeur de Nuages

10.03.2007 | Mis à jour le 29.06.2008 | Black
6671 visiteurs  -  3 commentaires
« Chasseur d’esclaves, a dit Père, je t’envoie tout droit en enfer. »

Russell Banks m’entraîne dans les années 1830-1850 à la découverte d’une famille d’agriculteurs installés dans une contrée sauvage, tout à fait admirable, exemplaire même : la famille américaine idéale de cultivateurs chrétiens. Cela pourrait être n’importe quelle famille des coins perdus d’une Amérique profonde, une famille de pionniers simplement à la recherche de bonnes terres pour élever son bétail, pour vivre de ses récoltes mais surtout survivre aux conditions difficiles de tout pionner de cette époque. Mais (parce que sans « mais », la vie de cette famille pourrait me sembler fade et sans intérêt), cette famille est dirigée par un grand chef de clan, un homme au caractère très autoritaire, à la rigueur exigeante, extrêmement pieu et un orateur passionné qui vit uniquement selon les critères de la Bible et du Seigneur. Cet homme : John Brown, plus connu sous son nom de « guerre » John Osawatomie Brown.

(JPG)

« Pendant de nombreuses années, la vie du Vieux avait été cruellement divisée entre ses actions contre l’esclavage et ses responsabilités de père et de mari. Malgré ses efforts incessants, parfois furieux et chaotiques, pour venir à bout de cette division, Père donnait souvent l’impression de vouloir mener l’existence de deux hommes distincts : l’un était un abolitionniste incendiaire, une personnalité publique dont les actions les plus satisfaisantes et les plus importantes étaient nécessairement accomplies en secret ; l’autre était un bon père de famille et un mari très chrétien, une personne privée dont les gestes les plus satisfaisant et les plus importants se déroulaient dans la sécurité et le confort visibles de son entourage familial. C’était un homme qui avait lié sa vie à un vœu, celui de libérer complètement et pour toujours les Nègres de l’esclavage ; »

Un destin hors du commun marquera à tout jamais cette famille car ce Vieux John Brown s’est juré de mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition pour abolir à tout jamais l’esclavage dans son pays, éradiquer ce « Mal » issu de la cupidité et de la cruauté de certains hommes. Il en va de son honneur, de sa vie et de celle des membres de sa famille, fidèles serviteurs du Vieux et de Dieu. Faire des sacrifices au nom du Seigneur et au nom d’une telle cause ne lui fait pas peur et devient même une obligation divine. C’est la loi de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ avec qui il lui arrive souvent de converser.

Le jour même où il a sacrifié le meilleur de ses fils sur l’autel en pierre de ses croyances, Père s’est métamorphosé en quelques heures, et de son état d’homme mortel - certes extraordinaire et illustre mais homme quand même - il est passé à celui de héros nimbé de lumière. Peu importe qu’ils aient aimé sa façon d’agir, qu’ils aient admiré son courage ou qu’ils aient cru en sa parole : les Américains, à partir de ce moment-là, l’ont considéré comme plus qu’un homme et comme autre chose qu’un homme.

Dans un décor flamboyant, magique, entre les grandes plaines du Kansas et les montagnes majestueuses des Adirondacks, John Brown va tout mettre en œuvre pour aider ses amis nègres à sortir de ce fléau qu’est l’esclavage. Sans l’aide des blancs, auxquels il n’apporte aucune confiance, il développera la partie Nord du Train Souterrain chargé d’acheminer les esclaves en fuite jusqu’aux frontières du Canada. Comme beaucoup de chrétiens de sa génération, John Brown a commencé par être un jeune homme du Nord aux principes stricts et à l’esprit religieux tourmenté par l’existence de l’esclavage noir dans le Sud et par le préjugé de race qui sévissait partout. Il s’est d’abord activement engagé dans la lutte contre l’esclavage avec de beaux et enflammés discours. Mais ne pouvant se contenter de si peu, il participa à créer un réseau de relations « pro-anti-esclavagiste » à la fois pour obtenir des fonds financiers mais aussi pour venir en aide aux nègres en fuite, ses meilleurs, ses seuls véritables amis. Mais en vieillissant, il s’est soudain transformé en guérillero volontiers pillard, prêt à verser le sang contre toute personne qui se mettra en travers de son chemin (le « massacre » de Pottawatomie) avant de devenir « terroriste » (avec prise d’otages à la manufacture d’armes de Harper’s Ferry), et finir en martyr.

« Venez ici dès que possible, mes garçons, et venez armés car il nous faut arracher quelques pauvres créatures de la gueule de Satan avant qu’il ne les dévore ! Une démonstration en règle de force chrétienne et de notre volonté sans faille de faire pleuvoir le feu sur la tête des malfaiteurs et des hypocrites de notre région devrait clarifier les choses. En tout cas, ce devrait être suffisant pour que nous puissions poursuivre l’œuvre de Dieu et contribuer à la chute de l’esclavage en le rendant trop coûteux à maintenir contre les volontés conjuguées de chrétiens blancs et d’esclaves courageux, prêts à tout. Venez tout de suite ici à North Elba, mes fils ! Venez et soyez avec nous de vrais Soldats du Seigneur, droits et courageux ! Votre père qui vous aime,

JOHN BROWN

Que reste t’il des actions de John Brown ? Un musée, la visite de sa ferme à North Elba ou sa Station dans le Kansas...L’esclavage envers les noirs a effectivement été aboli grâce notamment à son héroïsme et son patriotisme. D’ailleurs, quel historien serait prêt à affirmer que sans ce massacre de Pottawatomie, un « fait » quasi anodin de l’histoire de l’Amérique, la guerre de Sécession aurait bien eu lieu. Héros patriotique ou dangereux fanatique religieux ? Telle est la question que je me pose à la lecture de ce long roman (il s’agit avant tout d’une fiction basée sur des faits réels) et qui est posée par Russell Banks. La cruauté de ses actes peut-elle être fondée simplement par cette noble cause pour laquelle il est prêt à tout sacrifier. Personnellement, je ne connais pas la réponse et j’avoue être incapable de choisir clairement mon camp. D’ailleurs si vous pouvez m’éclairer sur le sujet, sur cette controverse, n’hésitez pas, cela m’intéresse fortement...

Aujourd’hui, l’esclavagisme existe encore mais sous d’autres formes, le fanatisme religieux déchire chaque jour un peu plus notre planète. Finalement, Pourfendeur de Nuages, bien que son récit retrace les années 1830-1850, reste encore une question brûlante, un sujet collant parfaitement à notre actualité !


D’autres chroniques de Russell Banks :

-  Amérique Notre Histoire

-  La Réserve

 

3 commentaires

Russell Banks "Pourfendeur de Nuages" 17 janvier 2010 Pierre Alix
"Pourfendeur de nuages". Sous ce titre faussement désuet,se situe un livre d’armes et de généreuses férocités. John Brown, abolitionniste blanc des Etats-Unis au 19 ième siècle est un patriarche, qui veut fédérer Noirs et Blancs selon la Justice et les enseignements de la Bible. Ses actions vont de l’aide clandestine aux noirs en fuite, pour se poursuivre par la lutte armée.Personnage non pragmatique en affaires, il prêche avec charisme. Autodidacte de génie en ce qui concerne la logistique il est pauvre et aura une vingtaine d’enfants dont une partie mourra,ainsi que sa première femme. Le narrateur, un de ses fils ne se départira de la part du père qu’en reniant la foi et accomplira des massacres avec l’allégresse du terroriste. Le père finira en martyr de la cause.Puis la démocratie reprendra son cours, en marchant sur des oeufs, comme toujours.
Russell Banks 29 juin 2009 1  rép.
Je viens de terminer Pourfendeur de nuages de Russell Banks, un auteur qui me passionne, mais qui n’est pas facile. Il faut le lire et le relire pour bien apprécier. J’en ai appris beaucoup sur l’abolitionnisme et l’esclavagisme. Mais pour répondre à votre question, je ne sais pas non plus quel camp choisir : celui d’Owen ou celui de son père. Le fanatisme religieux n’est pas mon genre, mais j’aurais eu de la difficulté à vivre (comme Owen d’ailleurs... sauf que c’est bien plus tard) après la scène du massacre de son père et de ses frères alors que lui y assiste en spectateur au sommet du plus haut chêne. Mais ça, c’est du Russel Banks pur jus : les tourments sans fin de l’être humain. Et c’est pour cette raison que je vais continuer à le lire.
Russell Banks 1er juillet 2009 Black

Effectivement, ce roman de Russell Banks est également l’occasion d’en connaître davantage sur l’abolitionnisme, sur les hommes et femmes qui se sont battus et ont combattus pour mettre fin à cette ignominie qu’est l’esclavagisme. John Osawatomie Brown, un grand nom de l’Histoire américaine qui, sans cette lecture, serait totalement inconnu de mon existence.

Et Russell Banks est également un formidable romancier pour lequel je ne me lasse pas de lire ses histoires tourmentées de l’âme humaine (De beaux lendemains, Sous le Règne de Bone, La Relation de mon Emprisonnement, La Réserve...).

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 68 visiteurs par jour (612485 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2