Kenji Miyazawa Train De Nuit Dans La Voie Lactée

26.10.2007 | Mis à jour le 28.10.2007 | Black
7086 visiteurs  -  6 commentaires

« Gare de la Voie lactée ! Gare de la Voie lactée ! » et brusquement devant lui le paysage devint très clair comme si, d’un seul coup, on avait pétrifié le feu de mille milliards de seiches phosphorescentes et qu’on l’avait immergé au milieu du ciel, ou bien comme si quelqu’un avait soudain renversé tous les diamants que, afin que les prix ne soient pas trop bas, on ne montre pas, délibérément, dans certaines entreprises où l’on place les pierres en des endroits cachés, et qu’on les avait tous éparpillés ; tout étincelait devant Giovanni ébloui qui se frotta les yeux plusieurs fois. [1]

Troisième et dernière nouvelle de Kenji Miyazawa, « Train de nuit dans la Voie lactée » me fait prendre le train pour un voyage peu ordinaire, en compagnie de deux écoliers Giovanni et Campanella.
Départ : gare de la Voie lactée.
Destination : le sommet du ciel.

Teuf-teuf-teuf le joli petit train avançait joyeusement au milieu des roseaux du ciel étirés par le vent, parmi l’eau de la rivière céleste et les lueurs blanchâtres des signaux triangulaires, toujours plus loin.

Ce voyage onirique à bord du train de la Voie lactée de la quatrième dimension m’entraîne aux confins du Cosmos entre le Vide et les milliards d’étoiles qui l’occupent. Est-ce cela la vision de la vie et de la mort du Bouddhisme ? Nulle doute que cette dernière nouvelle clôturant ce recueil sera lue, [re]lue et [re][re]lue afin de m’imprégner de ces images, de ce Vide, de cette foi et d’en saisir un peu plus le sens, de comprendre l’impermanence de cette vie.

A l’avenir, me retrouvant seul à la tombée de la nuit, il me suffira de lever les yeux vers le ciel et de contempler... Solitaire, en aucun cas je ne pourrais l’être ; où que j’aille, là-haut, les yeux de Giovanni et Campanella me fixeront à tout jamais. Je sentirai cette présence parmi les étoiles, entre deux clins d’œil éphémères de ces nombreuses constellations. Triste, je le suis face à cette immensité qui m’attend. Un peu perdu, je ne saurai à quelle gare descendre si je suis seul à prendre ce train. Apeuré, voilà le sentiment qui m’enveloppe lorsque je pense à certains voyageurs susceptibles d’embarquer sur l’un des wagons du train de la Voie lactée.

Les deux enfants débouchèrent devant la gare sur une petite place entourée de ginkgos qui semblaient façonnés dans du cristal. De là, une large avenue conduisait tout droit vers la lumière bleue de la Voie lactée.

C’est encore plus Beau, c’est encore plus Magique, c’est encore plus Émouvant...

Désormais, je ne regarderais plus jamais ce ciel étoilé de la même manière...


D’autres chroniques sur Kenji Miyazawa :
-  Gauche, Le Violoncelliste
-  Matasaburo, Le Vent

[1] Shine On You Crazy Diamond

 

6 commentaires

Kenji Miyazawa 27 décembre 2009 Yoshio KOKUBO

Bonjour

Je suis un Japonais qui aime beaucoup Miyazawa Kenji et je me demande ce que les Français en pensent sur le plan de la psychologie de profondeur et pas sur le plan religieux.

Me diriez-vous que ce soit la même chose au Japon ...

yoshio KOKUBO

-----> Religion ou psychologie de profondeur ?

Kenji Miyazawa 6 mars 2009 Belletes
Et d’ailleurs un film a été fait ... Le titre est "La cape de verre" si je ne me trompe. Mais impossible d’avoir plus d’informations ! Si quelqu’un passe par là et sait comment l’acquérir, je suis preneuse... =)
Kenji Miyazawa 25 novembre 2007 Yoshio KOKUBO 1  rép.

Je pense que Keniji Miyazawa représente un des facettes de l’âme japonaise. Or, les Français qui adorent tant la littérature japonaise et traduisent de Mishima à Endo ne traduisent pas Miyazawa ; Cela vetu-il dire que notre amitié franco-japonaise est fondé sur le beau malentendu ?

Nous sommes incapables de voir les choses telles qu’elles sont et voyons toujours les images des choses que nous concevons ?

Acceptons-nous uniquement ce qui nous est acceptable ? Alors où est le vri progrès ?

Yoshio KOKUBO

-----> Amour et compréhension fondés sur le beau malentendu ?

Kenji Miyazawa 26 novembre 2007 Black

Il est vrai que pour ma part, je découvre seulement Kenji Miyazawa, alors que cela fait une quinzaine d’années (au moins) que je me suis intéressé à la littérature japonaise. Pour ma part, j’ai effectivement commencé par Kawabata (si ma mémoire ne me fait pas défaut, mon premier japonais a du être « Les Belles Endormies »), Mishima (« Le Japon Moderne et l’éthique Samouraï ») ou Tanizaki (« Quatre Sœurs »). Par la suite, j’ai plongé avec allégresse dans les auteurs modernes : Murakami (Haruki ou Ryu), Ogawa ou Yoshimoto. Il est vrai que le nombre d’écrits de Kenji étant traduits en français ne sont pas très nombreux. C’est donc un réel manque pour comprendre un peu mieux la culture japonaise que d’ignorer la vision du poète Kenji.

Il est vrai aussi que la traduction d’un Miyazawa est peut-être plus difficile et cette lourde tâche effraye peut-être un peu les traducteurs. J’en profite ainsi pour signaler que « Train de nuit dans la Voie lactée » a été traduit par Hélène Morita, inspirée par le poète Taijiro Amazawa et aidée par une relecture de Masahiko Nakayama. Pour la traduction de ce livre, Hélène Morita a reçu en 1990 le prix Shibusawa-Claudel.

Quand à moi, je continuerai à explorer le monde enchanteur de Kenji Miyazawa smiley

Kenji Miyazawa 26 octobre 2007 chinouk 1  rép.
Il est dasn ma Pal , et tu m’as donné envie de ne pas le laisser sur mon etagere plus longtemps :)

-----> lecture asiatique

Kenji Miyazawa 26 octobre 2007 Black

Dépoussières-le avant pour pouvoir contempler les somptueuses beautés de cette magnifique Voie Lactée smiley

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 101 visiteurs par jour (597265 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2