Takeshi Kaikô Romanée-Conti 1935

22.02.2006 | Mis à jour le 16.05.2007 | Black
3977 visiteurs  -  Aucun commentaire

« A vingt ans, on ne choisit pas.

A trente, le Bourgogne vous séduit.

A quarante, le Carmel, ou encore le Bordeaux.

A cinquante, on ne boit plus, on apprécie. »

Takeshi Kaikô.

ロマネ・コンティ・一九三五年

La dégustation de deux grands Bourgogne par 2 japonais (la scène se déroulant en 1972, précision importante pour cerner la qualité du millésime). Le 1er grand cru sera un "La Tache 1966", le second un fameux "Romanée-Conti 1935". PLus qu’une dégustation, l’auteur nous fait assister à une véritable cérémonie devant la mise en condition préalable des protagonistes et la préciosité du sommelier face à la tâche qui lui est demandée. Quelques gorgées de cet ancestral nectar suffisent à plonger dans les souvenirs de M. X : la Bourgogne et sa renommée route des vins, le quartier St Germain et les Halles de Paris après guerre mais aussi et surtout les plaisirs charnels et sensuels de la gastronomie française et d’une jeune suédoise rencontrée au comptoir d’un vieux bar de quartier.

(JPG)

« Elle choisit du melon avec du jambon de pays, lui, du boudin noir. Un boyau rempli de sang de porc, cuit à la vapeur, et servi avec de la purée de pommes de terre. Lorsque la lame de couteau l’incisait, se déversaient dans l’assiette blanche en dégageant une odeur chaude, particulière, divers éléments d’un brun presque noir, que l’on mangeait mélangés à un peu de purée. Il croyait se souvenir qu’ils avaient également bu un Graves dont il avait oublié l’année. Elle mangeait en silence, mais avec appétit, elle savait aussi apprécier le vin, et elle souriait parfois en lui jetant un regard à l’oblique par-delà le verre. Bientôt, sous l’effet du vin, un éclat couleur de rose se répandit lentement sur ses joues blafardes. Ses prunelles d’un bleu cendré étaient paisibles quand elle souriait, mais lorsqu’elle reprenait une expression ordinaire, le romancier, habitué à déchiffrer des prunelles noires, éprouvait une certaine angoisse. »

Takeshi Kaikô.

Une lecture chaleureuse, pleine de couleur, de joie, un grand hommage à la vie où j’ai pu plongé volontiers dans l’intimité de ce grand vin et de cet amour oublié que la dégustation va faire renaître des lointains souvenirs.

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 119 visiteurs par jour (593955 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2