Les Routes de l’Imaginaire

21.07.2008 | Black
1921 visiteurs  -  Aucun commentaire

J’irai bien refaire un tour du côté de chez Swan, Revoir mon premier amour qui m’a donné rendez-vous sous le chêne, Et se laissait embrasser sur la joue. Je ne voudrai pas refaire le chemin à l’envers, Et pourtant je paierai cher pour revivre un seul instant, Le temps du bonheur à l’ombre d’une fille en fleurs.

Quelques notes de Dave en guise de préambule pour présenter ce roman de Hella Serafia Haasse. Première découverte de l’écrivaine et excellent choix dont je me félicite du hasard m’ayant permis de traverser ces routes de l’imaginaire. Est-ce là le signe de toute la bibliographie de cet auteur néerlandaise ? En tout cas, énormément de plaisir et de jubilation pour cette lecture pleine d’entrain, de vie et de mystère.

Klaas se voit imposer l’écriture d’un roman policier interactif pour la revue littéraire qu’il co-dirige avec un nouvel employeur. Pourtant, il n’en a guère envie et la tâche lui semble un peu trop futile pour satisfaire ses envies et curiosités. Son désir à lui, c’est de rédiger la vie et l’œuvre sur un poète inconnu B. Mork, après avoir lu par hasard un fabuleux recueil poético-érotique : « Aubades pour Ève ».

Pour se concentrer sur ces travaux, il décide de partir avec sa femme Maya et ses enfants, sur la côte d’Azur, dans une luxueuse villa des environs de Nice. Sur l’autoroute, l’accident survient, venant perturber le début de ses vacances. Garage, assurance, longue attente... Klaas laisse donc partir sa femme et ses enfants avec... Joop, un chauffeur routier de passage.

« Pendant un moment, ils continuèrent de rouler en silence. La pluie avait cessé.

-  On pourrait s’arrêter ? demanda enfin Maya. Il faut que les enfants fassent pipi. C’est leur habitude.

-  D’accord, mais je ne peux pas m’arrêter ici. Dans un kilomètre ou deux, on va trouver une aire de repos.
Maya ne savait pas de quoi il parlait.

-  On voit que vous n’avez jamais encore circulé sur les routes de France. Un peu de verdure avec des chiottes et une cabine téléphonique. La nuit, c’est bourré à craquer, avec nos engins. On peut y dormir tranquille, gratis.
L’aire de repos semi-circulaire, avec - en effet - une double rangée de camions parqués côte à côte, faisait irrésistiblement songer à l’endroit où seraient venus boire des monstres préhistoriques. Elle descendit du camion et Joop lui tendit les enfants, l’un après l’autre. Tout endormis, pressés contre elle, Koos et Rutger se laissèrent aller vers l’édicule mal éclairé. Pimpin ne se réveilla même pas. Ensuite, ils se pelotonnèrent tous les trois sur la couchette, avec de petits gémissements, dans la posture du sommeil. Maya étendit sur leurs jambes nues sa veste et son écharpe.
-   Vous êtes une bonne mère, ma p’tite dame, dit Joop en démarrant. Continuez comme ça ! »

Joop, grand bavard batave, est intarissable sur des histoires de routiers des plus inimaginables et folkloriques. Maya semble subjuguée par la prestance de ce gros costaud, bras musclés, « marcel » blanc et bedaine en avant. Klaas reste inquiet pour sa petite femme Maya partie avec cet inconnu Joop, pour Mork ce fabuleux poète dont il a du mal à percer son mystère, pour ces histoires policières qu’ils n’arrivent pas à débuter...

Et là tout se mélange, les imaginaires des uns, les fantasmes des autres, les meurtres à venir, les indices à chercher, le mystère de cette villa niçoise. Le lecteur pourrait être perdu, pourtant, il se retrouve toujours dans le fil de l’histoire. Joop fabule, Klaas imagine, Maya transcrit et moi dans tout ça... Moi j’adore et j’en redemande. A l’instar de Maya s’inventant des histoires de routier, cela me donne envie d’écrire, d’imaginer... et pourquoi pas des histoires de docker... si j’osais... un jour...

(JPG)

Les Routes de l’Imaginaire, un roman, une histoire, une fable, un conte de Hella S. Haasse où quand des hollandais débarquent femmes et enfants sur notre côte d’Azur ensoleillée pour déguster une salade niçoise (clin d’œil).

Vanina ah ah ah Vanina ah ah... etc.
Vanina ah ah ah Vanina ah ah... etc.

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 73 visiteurs par jour (611118 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2