Les Anges N’Ont Rien Dans Les Poches

10.01.2009 | Mis à jour le 27.05.2009 | Black
2209 visiteurs  -  Aucun commentaire

Je m’appelle Bruno Dante et voici ce qui m’arrive. Le 4 décembre, le service des alcooliques et malades mentaux de l’hôpital Saint-Joseph de Cupertino, dans le Bronx m’a laissé sortir. On m’a relâché, pour changer.[...]
Quand je bois plusieurs jours d’affilée, surtout du vin, je pense trop, ma tête a envie de me tuer. [...]
Si mon comportement est souvent extrême, destructeur, c’est qu’à jeun, quand la mémoire revient ou qu’on me raconte mes exploits, je ne me supporte pas. Je rebois pour oublier. Du vin, surtout du vin. Les autres alcools m’ont laissé tomber depuis belle lurette. J’en bois encore pour tenir le coup mais, depuis un an environ, seul le vin me fait passer de l’autre côté.

(JPG)

Encore une lecture d’alcoolique, me direz-vous ! Une lecture sur un pauvre pommé, sur le déroulement d’une vie au bord d’un caniveau. Et vous avez raison ! Ce roman a été écrit par un pur alcoolique non anonyme, qui se décrit tel quel et qui ne se cache nullement de son addiction au rouge (et en particulier le Mogen David). Pourtant, dès les premières phrases de « Dante », je m’éprends de ce type, un peu lourdaud, un peu « vulgaire » mais aussi terriblement attachant. Je n’ai guère envie de m’identifier à ce « héros » anonyme des cuvettes de WC, des trottoirs et caniveaux, trop peur des aléas de la vie. Il ne faut peut-être pas grand-chose pour basculer de l’autre côté... J’essaye de le comprendre, alors, de ressentir ses émotions et de croire en lui. Si je crois en cet homme, je peux croire en la bonté humaine parce que Dante au-delà de l’image du poivrot qu’il se donne semble avoir une sensibilité extrême doublée d’une âme saine et pure.

Dante sort donc de ‘chez les fous’ pour « assister » aux derniers souffles de son père, un père qu’il n’a plus guère vu depuis des années, un père qui fut un formidable écrivain avant qu’il ne se corrompe avec les studios hollywoodiens, un père qui ne lui restait qu’un pauvre gros chien vieux et miteux, tout deux dépendants au whisky pour faire oublier douleurs et tristesses.

Pas besoin d’être un mathématicien d’ordre supérieur pour comprendre l’équation simplissime à 0 inconnue suivante : Bruno Dante = Dan Fante et Jonathan Dante = John Fante.
Ainsi, cette histoire totalement autobiographique apparaît comme un vibrant et émouvant hommage à son père. Un fils et son père présents dans une tourmente similaire, et réunis dans une même littérature, une poésie humaine qui décrit simplement la vie, la vraie !
Et peut-être est-ce pour cette raison que j’ai du mal à vous parler d’un tel bouquin ; parce qu’il est question simplement d’une vie, de la vie ; parce qu’il m’a tant ému que les mots ne viennent plus, enfouis au fond du cœur, apeurés devant une telle bonté ; mais surtout qu’après tout, peu importe les phrases que j’aurai choisi, elles ne pourront retranscrire une telle émotion. Ce bouquin est un chef d’œuvre, tout simplement. Fin des 191 pages et il ne me reste qu’une pensée, une envie : les relire, et revivre l’espace de quelques pages sa misérable vie, découvrir ses autres écrits tout aussi empreints d’humanisme troublant et touchant, à n’en pas douter, sans oublier la note d’humour même quand les plus grands drames sont en train de se jouer.

Je lui ai porté un toast en dévissant le bouchon du Mogen David, la bouteille brandie, et j’en ai ingurgité une lampée... Pour moi, chevaucher le Mogen David, c’est comme sauter un gorille femelle de trois cent kilos. Ce n’est pas vous qui tenez les commandes. C’est le gorille qui dit quand c’est fini. Pareil avec le vin.

D’autres chroniques sur John Fante :
-  Demande A La Poussière
-  Mon Chien Stupide

D’autres chroniques sur Dan Fante :
-  Les Anges n’ont rien dans Les Poches

D’autres chroniques sur Dan & John Fante réunis :
-  Fante, un père et un fils

D’autres chroniques sur Charles Bukowski :
-  Contes de la Folie Ordinaire
-  Women

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 63 visiteurs par jour (601244 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2