Samuel Benchetrit Les Chroniques de l’Asphalte

08.02.2009 | Black
7840 visiteurs  -  5 commentaires

I - Le Temps Des Tours

Mars 2006

Une autobiographie à 30 ans ? Surprenant, est-ce que la jeunesse et l’adolescence de Samuel Benchetrit sont si passionnantes que cela mérite d’en écrire un roman ? En 5 tomes, en plus... En fait, il faut considérer ce roman comme avant tout une étude sociale sur notre monde, sur son monde, celui d’une banlieue parisienne des années 80-90.

Une nuit que j’étais à traîner dans le hall, deux types sont arrivés et m’ont demandé comment je m’appelais.

-  Samuel
Ensuite, l’un des deux m’a demandé mes origines.
Juif par mon père. Gitane par ma mère.
Là-dessus, le premier m’a empoigné par les bras, et en un rien, je me suis retrouvé par terre. Le deuxième gars m’a attrapé par les cheveux et a tapé une dizaine de fois ma tête contre le sol carrelé pendant que son copain m’envoyait des coups de pied un peu partout dans le ventre et le dos. [...]
Quand je me suis réveillé, j’étais toujours étendu, apparemment personne n’était passé dans le hall, ou bien des gens qui avaient dû me prendre pour un camé.

Samuel B., au diminutif attendrissant de Bench, nous peint avec précision sa vision de la société du bas de sa tour du Val-de-Marne par des scénettes, à la fois drôles et émouvantes. Mais aussi, il nous montre la cruauté, et le manque d’espoir que l’on peut rencontrer dans un tel cadre de vie : tous les clichés actuels de la banlieue y sont présents : drogue, racisme, échec scolaire, sexe, espoir et désespoir... Mais est-ce vraiment des « clichés » ? N’est-ce pas simplement une réalité ? Quand des jeunes de banlieue se retrouvent dans une cage d’escalier pour refaire leur monde... Une visite guidée des tours de Bench, de la cave au toit en s’arrêtant sur tous les paliers via l’ascenseur (quand il n’est pas en panne), orchestrée par la plume simple mais véridique de Samuel Benchetrit.

Le lendemain soir, en fumant ma cigarette, je regardais le terrain vague, et deux gamins qui essayaient de faire rouler un vélo abandonné à une seule roue. Je me dis que les terrains vagues étaient des sortes de théâtres à représentation unique et aux spectacles parfois étonnants.

Je m’incline devant sa poésie visant à rendre merveilleux et magique un paysage fait de barres de bétons, de hautes tours et de terrains vagues.

(JPG)

II - L’arrivée à Paris

Février 2008

Presque deux après, je replonge dans la vie de Samuel Benchetrit, second tome de son pentacle biographique. C’est, avant tout, avec un immense plaisir que je me resserre un petit chronique de l’asphalte 1/5 pour me fondre directement dans son histoire. Et quel bonheur, je jubile à cette nouvelle lecture et prend mon pied encore plus que la première fois. J’apprécie, je me marre et j’adhère à son style, à ses humeurs, à ses mots et maux... Fin du premier tome, il décide de partir de sa cité pour un petit job d’apprenti « photographe ». Ses potes braquent dans le centre commercial le magasin Studio Photo du centre commercial local pour lui offrir un appareil photo professionnel. Début du second volume, il arrive à Paris. Petits boulots et grandes galères. Il crève la dalle, vit dans des chambres de bonne, se fait tabasser comme un juif, livre des pizza, croisent des chiens, des fantômes et/ou des allumés... Il réalise son premier film, un court métrage de 40 secondes, « Le fils de la pastèque est un fruit comme les autres » ; puis un second de 3 minutes 30 : « Le retour du fils de la pastèque et le problème oedipien ». Il fait des rencontres surprenantes et incongrues : un grand noir qui met à mal une bande de skins à Châtelet, une vieille débile, vice-doyenne de France qui traite de grosse salope la Jeanne Calment, la plus belle femme de sa vie, les contrôleurs de la RATP... Son but : gagner quelques tunes pour se payer de la bobine de film. Grand et prestigieux but quand il pense à ses potes de toujours restés dans la cité, pour la plupart drogués, pour l’essentiel en taule, ou pour certains (les plus chanceux ?) déjà six pieds sous terre, conséquence classique d’une overdose ou d’une rixe dégénérée...

J’avais acheté ma caméra Super 8 chez un fan du général de Gaulle. Putain, ce mec avait recouvert les murs de son garage de photos et de posters de De Gaulle.
Et dès que je suis arrivé, il m’a dit :

-   Vous aimez de Gaulle ?
Moi j’aimais Gainsbourg et Arthur Rimbaud.

-   Ben,j’en sais trop rien.

-   Les jeunes, vous ne savez pas qui était de Gaulle.

-   C’était qui ?

-   Un grand homme.
Je sais pas si de Gaulle était un grand homme. En fait, voilà ce que je pensais, ce type n’était peut-être pas un enculé, et peut-être pas un héros. Non. Juste un mec qui s’était assez bien démerdé pour avoir une place, une station de RER, un aéroport et un paquet de trucs à son nom un peu partout. Et si on m’avait demandé mon avis, je lui aurais peut-être laissé l’aéroport, mais pour la place, ça aurait été Gainsbourg-Étoile, et le RER, Arthur Rimbaud-Étoile.

Samuel Benchetrit ne serait-il pas une « espèce » de Bukowsky français ?

(JPG)
 

5 commentaires

Samuel Benchetrit 19 avril 2008 millet francine travail à l’accomlpagnement sur l’emploi des personnes handicapés
bonjour Mr BENCHETRIT (merci de lui faire parvenir ce message) j’ai participer à la projection de votre dernier film ’j’ai toujours rêvé d’être un gangster’que j’ai beaucoup apprécier, comme d’ailleurs une bonne partie de vitre oeuvre je n’ai pas osez vous aborder après la projection car je pensais à juste titre que çà n’était pas le moment je suis chargée d’accompagner sur l’emploi (en milieu ordinaire)des personnes en situation de handicap en effet il existe en france un droit que l’on appelle droit à la réparation payer par la sécurité sociale et qui permet à chaque personne qui durant sa vie à eu un accident de travail, une maladie professionnelle ou un accident de la route et qui ne peu okus exercé sa profession, le droit d’apprendre un autre métier compatible avec son nouvel état de santé. ces centre de formations répartie dans toute la france (120 établissements, 10000 places, dans 250 métiers, comme l’électronique, l’informatique, etc) sont menacer de fermeture par manque de candidat) pas parce qu’il n’y a pas d’hadicapé hélas il y à 100 000 personnes par an qui deviennent handicapés, non simplement parce ce que le public n’a pas accés à cette information nos formations qualifiante avec un diplome d’état et qui permettre à 85% de personnes de retourner à l’emploi sont constituer d’équipe médicale, d’assistante sociale et de formateur pour reconstruire la personne avec les meilleurs moyens nous n’avons pas la possibilité de faire un spot publicitaire pour poermettre aux handicapés et à leur famille de connaitre ce droit mon idée serait qu’un réalisateur présente en avant première de ses films un petit film de 3 minutes qui présenterait cette information avant son long métrage, une action citoyenne pas pour ennuyer le public seulement pour lui donner ces droits et l’aider à retrouver espoir au fond de son lit d’hopital ou de sa chambre si mon projet vous intéresse je vous laisse mes coordonnées et 2 sites internet pour voir qui nous sommes le 1er est le site de mon établissement (1 des 120) le 2ème est celui de la fédération qui regroupe ces 120 établissements www.crpsmasson.org www.fagerh.asso.fr moi je suis francine MILLET f.millet@crpsmasson.org 01.44.67.11.32 (centre de formation) merci d’avoir pris le temps de me lire
Samuel Benchetrit 3 septembre 2007 astrid 1  rép.
Et bien je dois dire que ce premier tome m’a beaucoup plu. Le seul reproche c’est qu’il a vite été expédié et que l’attente du deuxième tome fût longue... à ce rythme là, ils seront tous dans ma bibliothèque qu’en 2013...
Samuel Benchetrit 3 septembre 2007 Black

Je partage ton avis... Le deuxième tome vient à peine de sortir... Mais du coup, je ne sais même plus où il en est le p’tit Sammy dans sa banlieue...

Autant d’attente entre les différents volumes d’une même pentalogie... Je crains devoir attendre que tous les tomes soient sortis avant de me replonger dans cette vie...

A moins que le Sammy ne se décide à écrire plus vite (ou à sa maison d’édition à sortir les romans plus rapprochés)

Samuel Benchetrit 21 février 2007 Sylvain G.
Le premier Tome était un régal...vivement le 2e et les autres.......
Samuel Benchetrit 19 août 2006
A chacun sa chaise, son inconstance, son "voyage" où sautent tous les fiascos... Et c’est dans une mer d’encre que s’écrivent les plus beaux blues, les plus lancinants, qu’une gorgée de bière ne suffit pas à calmer car mille coups sont portés en même temps et nous n’avons pas besoin de tirer à la courte paille pour savoir lequel partira le premier. Merci Samuel.
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 64 visiteurs par jour (600899 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2