Chet Baker - Candy

18.02.2009 | Black
2523 visiteurs  -  Aucun commentaire

Il n’est plus une star de la « West Coast ». Il ne représente plus l’icône dorée de la jeunesse américaine, adulée par toutes les midinettes à la découverte d’émois sexuels, les femmes mûres délaissées en mal de souvenirs sensuels. Il est juste un vieillard junkie, un SDF au bord de la mort, devenu illustre inconnu dans son pays natal. Chet Baker...

Certains diront qu’en 1985, il ne sait plus jouer de la trompette ; pourtant c’est le Chet que j’idolâtre, c’est le jazz que j’affectionne. Avare de notes, Chet s’économise. Il a le souffle court. Il s’épuise vite. Mais ses notes se font plus pures, son jeu plus minimaliste. Pas de superflus, ni d’envolées interminables s’étirant en longueur. Juste zen... Chet a inventé pour moi un jazz zen.

Candy, enregistré le 30 juin 1985 à Stockholm.
Trio à consonance francophone composé de Chet Baker à la trompette et au chant, de Jean-Louis Rassinfosse à la basse et de Michel Graillier au piano.

(JPG)

Candy, cela pourrait être une ode à l’héroïne interprétée par trois junkies défoncés. J’imaginerai presque voir Chet entrer sur scène la seringue plantée encore dans le bras, ou un filet de sang coulant encore le long de la jugulaire. Mais apprécier la musique de Chet, c’est avant tout dépasser le concept du simple drogué. La scène est intimiste, façon salon d’un particulier. Au milieu des livres, un fauteuil en cuir, le trône de Chet pour cette soirée. Il a 58 ans mais je lui en donne facilement 20 de plus. Alors, je ne lui demande pas de rester debout pendant un set entier. Tout juste s’il arrive à pousser les pistons de son instrument.

Candy. Pourtant ce disque m’émeut profondément. Je le chéris tout particulièrement parce qu’il représente toute la vie de Chet. C’est beau, c’est pur mais c’est aussi profondément triste et désoeuvré. A l’image de l’Artiste.

Chet a du toucher à peine 100$ pour se présenter sur cette scène, juste de quoi se payer l’une de ses injections quotidiennes. Tous droits cédés, il n’aura guère plus pour cette magnifique prestation. Il vivait au jour le jour, son don musical, sa réputation sulfureuse ne lui servant plus qu’à se payer une nouvelle dose. Juste de quoi tenir un jour de plus dans cette vie de merde. Comme à son habitude, il a du se faire attendre sur scène, le public se demandant « viendra », « viendra pas », les organisateurs enrageant déjà de ce énième faux bond. Pourtant lorsqu’il entonne sur la chanson titre « Candy » un petit couplet de sa faible voix lassée et épuisée, puis quelques souffles aériens dans la trompette agrémentés d’une douce mélodie de Michel Graillier, je sentirai presque des larmes survenir...

Chet, une voix, une trompette et beaucoup d’émotions qui me transpercent...

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 64 visiteurs par jour (600899 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2