Jean-Louis Fournier Où on va , papa ?

14.02.2009 | Black
2078 visiteurs  -  Aucun commentaire

Quand vous étiez petits, j’ai eu quelquefois la tentation, à Noël de vous offrir un livre, un Tintin par exemple. On aurait pu en parler ensemble après. [...]
Je ne l’ai jamais fait, ce n’était pas la peine, vous ne saviez pas lire. Vous ne saurez jamais lire. Jusqu’à la fin, vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures...
Maintenant [...], je vais quand même vous offrir un livre. Un livre que j’ai écrit pour vous. Pour qu’on ne vous oublie pas, que vous ne soyez pas seulement une photo sur une carte d’invalidité. Pour écrire des choses que je n’ai jamais dites. Peut-être des remords. Je n’ai pas été un très bon père. Souvent, je ne vous supportais pas, vous étiez difficiles à aimer. Avec vous, il fallait une patience d’ange, et je ne suis pas un ange.
Vous dire que je regrette qu’on n’ait pas pu être heureux ensemble, et peut-être, aussi, vous demander pardon de vous avoir loupés.
On n’a pas eu de chance, vous et nous.

Tout est dit dans ce premier chapitre. Ce livre n’est pas une œuvre littéraire, simplement quelques regrets, quelques mots d’amour, quelques souvenirs touchés sur une feuille de papier pour que ses enfants « pas comme les autres » perdurent dans sa mémoire et dans le temps. Jean-Louis Fournier se dévoile tel qu’il est et a été face à ses deux fils handicapés. Je ne peux pas me mettre à sa place, simplement comprendre un peu ses instants de vie, ses humeurs. Quelques moments de joie se sont immiscés dans sa vie à la naissance de ses fils, mais ils ont vite été dépassés par le chagrin, la peine, la RAGE, l’ÉCHEC.

Un enfant handicapé, puis deux... Forcément on se sent comme un raté. Forcément on se sent honteux d’avoir engendré deux enfants qui n’auront pas la même vie que les autres enfants du même âge, même coupable. Coupable de quoi ? Mauvais karma, mauvais présage et ce regard des autres, cette incompréhension des parents d’enfants « normaux ». Pas facile d’être un père aimant dans une telle situation, mais courageux d’affirmer ses faiblesses.

Quand on me demande dans la rue un don pour les enfants handicapés, je refuse.
Je n’ose pas dire que j’ai deux enfants handicapés, on va croire que je blague.
L’air dégagé et souriant, je m’offre le luxe de dire : « Les enfants handicapés, j’ai déjà donné. »

(JPG)

Mais, voilà, peut-on rire des enfants « handicapés » ? Un fils qui se tartine sa bouille de chocolat en mangeant son dessert prête évidemment à sourire, mais lorsque celui-ci appartient au monde des handicapés, on évite surtout d’esquisser le moindre mouvement d’humeur festive. On a tendance à être triste pour lui. Ce que nous apprend justement ce père, c’est que ces moments-là doivent être également magiques, que l’on se doit de sourire et même d’en rire aux éclats... parce qu’après tout, ses fils sont également des enfants innocents et qui méritent qu’on rigole avec eux.

Il ne cherche pas à se faire plaindre, ou à ce que j’exprime de la compassion pour sa famille. Il veut juste que cette famille soit considérée comme toutes les autres, même si elle sort un poil de la normalité, du consensus d’une famille ordinaire. Au début, je me demande si moi aussi j’ai le droit de sourire des mésaventures de ces deux petits gars pas tout à fait comme les autres. Mais très vite l’émotion me prend, je fais abstraction de leur handicap et je prends plaisir à ces quelques anecdotes. Je souris et cela me fait du bien. De tel moment, Jean-Louis Fournier n’a pas du en vivre souvent. Cela change foncièrement votre vie d’avoir un fils handicapé, alors deux...

Les pères s’intéressent aux enfants quand ils sont plus grands, quand ils sont curieux, quand ils commencent à poser des questions.
J’ai attendu vainement ce moment-là. Il n’y a jamais eu qu’une seule question : « Où on va, papa ? »
Le plus beau cadeau qu’on puisse faire à un enfant, c’est de répondre à sa curiosité, lui donner le goût des belles choses. Avec Mathieu et Thomas, je n’ai pas eu cette chance.

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 111 visiteurs par jour (590141 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2