Cormac McCarthy La Route

21.02.2009 | Black
2410 visiteurs  -  6 commentaires

(JPG)

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres... Des cadavres s’amoncèlent sur le bord de la route. Quelques survivants s’épient, se guettent, s’attaquent, se mangent... Et parmi ces rescapés, un père et son fils errent sur la route. Ils fuient le froid et la neige des hautes montagnes. Ils veulent rejoindre la mer, et le temps plus clément pour survivre.

Il était couché et écoutait le bruit des gouttes dans les bois. De la roche nue, par ici. Le froid et le silence. Les cendres du monde défunt emportées çà et là dans le vide sur les vents froids et profanes. Emportées au loin et dispersées et emportées encore plus loin. Toute chose coupée de son fondement. Sans support dans l’air chargé de cendre. Soutenue par un souffle, tremblante et brève. Si seulement mon cœur était de pierre.

S’ensuit alors une longue odyssée de ce père avec son fils. Ils poussent un caddie rempli de victuailles et objets diverses trouvés par ci, par là, près des cadavres incendiés ou dans des maisons abandonnées. Et ils avancent coûte que coûte, sous la pluie, sous la neige, le jour jusqu’à la tombée de la nuit, toujours sur leurs gardes, toujours à l’affût des « méchants ». Ils ont froids, ils sont trempés, ils n’ont rien mangés depuis trois jours, mais font preuve d’abnégation et d’un courage à tout épreuve.

Il s’était réveillé avant l’aube et regardait poindre le jour gris. Lent et presque opaque. Il se leva pendant que le petit dormait et il mit ses chaussures et enveloppé dans sa couverture il partit entre les arbres. Il descendit dans une anfractuosité de la paroi rocheuse et là il s’accroupit et se mit à tousser et il toussa pendant un long moment. Puis il resta agenouillé dans les cendres. Il leva son visage vers le jour pâlissant. Il chuchota : Es-tu là ? Vais-je te voir enfin ? As-tu un cou que je puisse t’étrangler ? As-tu un cœur ? Maudit sois-tu pour l’éternité as-tu une âme ? Oh Dieu, chuchotait-il. Oh Dieu.

Je ne veux pas tomber dans l’excès de sensibilité, mais la lecture de ce roman de Cormac McCarthy m’a profondément ému. A chaque page, je sentais les larmes poindre le long de mes rides naissantes. Je suis bouleversé par cet univers décrit et par ce père qui, malgré tout, tente d’éduquer du mieux qu’il peut son fils, l’enfant. Pas facile de discerner le bien du mal dans ce chaos post-apocalyptique. Pourtant, la vie pourrait être plus facile, une balle de calibre 22 dans la tête et les voilà libérer de cet enfer. Mais le père a ce courage nécessaire pour inculquer à son fils le prix de la vie, même au milieu des cadavres brûlés, sous un paysage recouvert de cendres... Arriver à croire en un avenir, même incertain et espérer ; de toute façon, il ne reste que l’espoir pour survivre ; croire en la certitude que quelque part sur cette planète, il existe un autre enfant, un autre parent comme eux, qui font partie de la catégorie des « gentils » comme eux, pour partager ensemble le dessein des rescapés.

Ils étaient accroupis sur la route et mangeaient du riz froid et des haricots froids qu’ils avaient fait cuire il y avait des jours de cela. Qui commençaient déjà à fermenter. Pas un endroit où allumer un feu qui ne serait pas visible. Ils dormaient blottis l’un contre l’autre sous les couettes fétides dans l’obscurité et le froid. Il serrait le petit contre lui. Si maigre. Mon cœur, disait-il. Mon cœur. Mais il savait que même s’il était un père aimant les choses pouvaient bien être comme elle l’avait dit. Que l’enfant était tout ce qu’il y avait entre lui et la mort.

L’univers de ce roman est dépouillé à l’extrême. Il n’y a rien ou presque ; simplement la route, un enfant et son père, un caddie, de la cendre et toujours cette route vers le sud entourée de corps en décomposition. Pourtant avec si peu, cela donne un roman à la fois terrifiant et poignant. On ne saura rien de l’époque précédant l’apocalypse. De toute façon, on s’en balance un peu, on commence à connaître la folie et la barbarie des hommes, donc rien de bien surprenant à découvrir la planète sous le chaos... De courts chapitres, directs et uppercuts qui vous mettent en vrac tripes et intestins. Le livre de l’année ? Sur le plan purement émotionnel, je vote « oui » les yeux fermés, d’ailleurs je n’ose plus les rouvrir, peur de l’avenir, peur du prochain.

 

6 commentaires

Cormac McCarthy 26 novembre 2009 deparlà
c’est le livre de la boîte à gants de ma voiture dès que je dois poireauter, j’en lis un bout, puis je me rends à l’objet de mon attente les yeux très souvent embués, la boule au ventre, blindée au relativisme. Alors, sensible que je suis j’ai pensé à laisser tomber, trop triste, sombre, désespérant (je n’en suis pas encore à la fin) mais non, j’ai continué et je persévère mais les mains devant les yeux comme au ciné qd j’ai peur.
Cormac McCarthy 2 mars 2009 Utopie 2  rép.

Je suis pas d’accord.

Mais j’hésite, de toutes façons je l’ai trouvé sympa ta réponse et elle m’a fait rire et pour la fin, je ne sais pas, peut-être un effort pour te mettre à mon niveau smiley

Bref.

Je pense lire aussi Akira Yoshimura, avec le titre Naufrage qui m’attend sagement et j’aimerais le Convoi de l’eau qui vient de sortir, il me faudrait peut-être une bouée pour ne pas couler au fond du puits (tu vois t’es pas tout seul à boire la moquette). Non mais bon, c’est un sujet sérieux smiley

Rappelons le : lire des livres qui vont faire mal. C’est pas gagné à certaines époques (des fois les puits sont plus profonds que d’autres et pis de plus je suis une trouillarde !!!).

Demain est un autre jour ! DEMAIN.

Cormac McCarthy 2 mars 2009 Black

Je pense lire aussi Akira Yoshimura, avec le titre Naufrage qui m’attend sagement et j’aimerais le Convoi de l’eau qui vient de sortir, il me faudrait peut-être une bouée pour ne pas couler au fond du puits (tu vois t’es pas tout seul à boire la moquette).

 smiley Merci de m’annoncer aussi brutalement qu’Akira Yoshimura venait de sortir un nouveau livre, alors que j’en ai encore un qui m’attend dans ma bibliothèque smiley

J’enrage, et je file au fond de mon trou puits... pour le lire... DEMAIN parce qu’aujourd’hui, j’ai décidé autre chose, et comme demain est un autre jour...

Cormac McCarthy 3 mars 2009 Anonymus terrorisée

 smiley Mince ! j’ai oublié mes gants pour te l’annoncer... la confusion m’envahit, je ne sais que faire, te l’offrir ???

Oh noooooooooooooonnnnnnnnn !

Et pis je pensais que tu le savais, d’abord !

Et pis tu en as encore un à lire, d’abord ! Et d’ailleurs : lequel ?

Tu me diras ça demain !

Que mes plus plates excuses se glissent dans ton puits et apaisent ta colère !

Outch,j’ai eu chaud

 smiley

Cormac McCarthy 1er mars 2009 Utopie 1  rép.

Je ne veux pas tomber dans l’excès de sensibilité, mais la lecture de ce roman de Cormac McCarthy m’a profondément ému.

Je l’ai, je l’ai même offert et à chaque fois je recule. Peur. Il y a des livres comme ça qui me font peur. Je sais que je vais les prendre de plein fouet. J’attends. Peut-être de me sentir assez légère pour les lire sans tomber comme un boulet au fond du puits ?

En attendant, bonne journée smiley

Cormac McCarthy 1er mars 2009 Black

Quelle bonne idée d’offrir ce roman smiley

Et quelle initiative courageuse, car forcément, il ne laissera pas indifférent... La vie comme la lecture, c’est pas forcément drôle, ni même juste, et même au fond d’un puits, avec un fouet... Qu’est-ce que cela peut-être con, ce que j’écris smiley

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 61 visiteurs par jour (606458 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2