Dhafer Youssef Digital Prophecy

29.03.2009 | Black
1735 visiteurs  -  Aucun commentaire

Les premières notes appartiennent à l’Orient : Dhafer Youssef entre en scène. Aux accords de l’oud s’accroche ensuite de légères touches de piano qui confèrent une pureté suprême de la mesure, un jeu très simple de Bugge Wesseltoft venu remplir les espaces vides de l’oud tunisien. Mais Dhafer n’est pas que simple musicien ; Il a une voix pénétrante qui, du haut de son minaret, traverse mers et océans, jusqu’au Grand Nord. Le Nord d’un jazz polaire à la rencontre des nuits norvégiennes en compagnie des plus grands noms de la scène jazz de cette contrée du monde. En plus de Bugge Wesseltoft, Dhafer Youssef est accompagné cette nuit du trompettiste Niels Petter Molvaer, du guitariste Eivind Aarset, du batteur Rune Arnesen...

(JPG)

Sa musique s’inspire des rites soufies, du lyrisme arabe et des traditions andalouses. Multiculture, multicouleur avec cette rencontre au sein des fjords. Les étoiles brillent dans le ciel noir, le feu de camp crépite au milieu du désert. Quelques derviches tourneurs semblent s’inviter au milieu de cette danse aérienne. Le rythme est trop lent pour rentrer en transe, mais là n’est pas le but. Ils dansent, dansent, dansent et planent, s’envolent en direction du Grand Nord. La force de l’oud, la douceur du piano, les envolées de la trompette et la discrétion de la guitare. Tous les instruments rentrent en harmonie, accompagnée d’une pointe d’effets électroniques pour unir les liens entre cet Orient et cet Occident. Le sommet du Nu-Jazz, de l’électronique lounge ou de l’arabo-soufisme hypnotique pour un formidable album : Digital Prophecy. La spiritualité en plus, je parle donc de musique mystique.

Aya 1984
Live at the Sarajevo Jazz Festival 2006.
Feat. : Eivind Aarset (g), Audun Erlien (b), Rune Arnesen (dr).

« Celui qui marchait dans les ténèbres des nuits observa les étoiles et alluma la lampe. Jusqu’au moment où, la pleine lune dirigeant sa lumière, il délaissa les étoiles et attendit d’être au matin. Jusqu’au moment où, l’obscurité s’étant entièrement dissipée et ayant vu l’aurore briller à l’horizon. Il délaissa les lampes, toutes les étoiles et la pleine lune, et guetta la lumière éclatante. »

Ibn ‘Arabi

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 60 visiteurs par jour (606615 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2