Les Femmes de Charles Henry

27.05.2009 | Black
1783 visiteurs  -  3 commentaires

Tu fais partie des filles
Qui ramassent des jonquilles
J’appartiens à ce clan
Qui caresse les juments
Tu fais partie de la sorte
Qui va chez Pier Import
Et qui trouve super naze
De mettre les gens dans des cases
Tu fais partie de celles
Qu’on déjà eu la varicelle
J’appartiens à la race
Des anciens délégués de classe
T’es dans la catégorie
De celles qui lisent Bukowski
En trouvant super naze
De mettre les gens dans des cases

Vincent Delerm - Catégorie Bukowski

Il est vieux, il est moche, il est ivre du matin ou soir. Son premier geste en se levant sur les douze coups de midi est d’aller aux chiottes pour gerber les restes de la veille. Et pourtant, malgré son aspect dégueulasse, les plus belles poulettes et pouliches lui courent après, se ruent à ses basques pour se faire tringler par un vieux presque célèbre. Il ne pense qu’à la baise, et se lève les plus beaux culs de L.A., Vancouver ou du Texas. Difficile à imaginer, pourtant c’est véridique. Son talent : la baise et l’écriture. Charles Henry Bukowski, le plus grand poète contemporain ! Le poète, bourré toute la journée, qui conçoit sa journée en fonction de ses plans « baise », des courses à l’hippodrome, de son stock de bières, de vodka et de sherry, et accessoirement de ses envies d’écriture en martelant sa machine sur sa table de cuisine en formica. La vie idéale, ou presque : au jour le jour, à profiter simplement de l’instant présent tel un moine zen aux mœurs légèrement plus libérés. Entre deux bouteilles vides, il arrive malgré tout à asséner quelques profondes vérités issues de sa propre philosophie :

J’avais un dicton : « Prends ma femme, mais laisse ma voiture tranquille. » Jamais je ne tuerai un homme qui a pris ma femme ; je tuerai peut-être un homme qui a pris ma voiture.

(JPG)

Women, c’est l’histoire de Hank et de ses femmes. Elles sont nombreuses, belles pour la plupart. De magnifiques jambes. Hank fantasme sur les jambes. Il se fout presque du reste, du moment que les jambes sont là. Les gros nichons, ce n’est pas vraiment son truc, mais les jambes, les cuissots, là c’est autre chose ! Mais Hank a un problème. On pourrait croire qu’il passe d’une nana à l’autre, avec une attitude méprisante et condescendante, pourtant Hank est un amoureux fou. Un regard sur ses jambes, sur son cul, sur sa bouche, et il en devient amoureux. Il se comporte mal envers la gente féminine, mais ne se cherche pas d’excuses. Il le sait, elles le savent. C’est dans sa nature, parce que gosse, il a été privé de tant d’amour. C’est un vieux misogyne, dégoûtant, accro à l’alcool et au sexe. A son âge, il ne peut changer. Pourtant, au fil de ses conquêtes et de ses chapitres amoureux, on a le sentiment qu’il aimerait bien s’améliorer, qu’il voudrait peut-être montrer un peu plus de respect envers celles qu’il aime. Mais c’est plus fort que lui ; il ne peut s’empêcher de regarder le prochain beau cul du coin de la rue et de fuir avec elle, pour y planter son monstrueux poireau violacé.

J’étais vieux, j’étais moche. C’était peut-être pour cela que je prenais plaisir à planter mon poireau dans des jeunes filles. J’étais King Kong, elles étaient souples et tendres. Essayais-je en baisant de me frayer un chemin au-delà de la mort ? En allant avec des jeunes filles, espérais-je ne pas vieillir, ne pas me sentir vieux ? Je ne voulais pas vieillir mal, mais simplement quitter la partie, mourir avant que la mort ne me tombe dessus.

Il y a les anti-Bukowski qui ne peuvent ne voir en lui qu’un être méprisant et malsain, utilisant son pseudo statut de poète pour abuser de jeunes filles à peine majeures ; ceux qui peuvent être horripilés et affligés de lire une telle littérature composée d’une succession invariante de séances de sexe, de beuveries incontrôlées, et de vomissements compulsifs. Et puis, il y a les fans, les inconditionnels. Moi en l’occurrence. Je me fous totalement que ce mec baise à longueur de journée des midinettes, se promène en caleçon sale sur son balcon une bouteille à la main, chevauche les plus belles filles de L.A. Parce que derrière cette image de vieux bourru et bourré que Hank entretient dans ses romans, je sens qu’il y a un homme perdu, en mal de vivre, qui a un besoin incessant de tendresse, d’amour et de sexe. C’est un alcoolique, un drogué de la fellation, sodomie et cunnilingus. Il ne se passionne pas que pour les jeunes filles, il peut s’intéresser aussi à leurs mères. Mais c’est avant tout un mec qui me fait rire, énormément même, un gars qui a du cran et du cœur. C’est un passionné de la vie, qui ne vit que pour le plaisir de cette vie et pour qui rien d’autres ne compte. Alors oui, il peut être infect, mais je lui pardonne volontiers tant qu’il arrivera à m’arracher à mon quotidien par ses divagations des plus fantasques, tant que j’éclaterai de rire en lisant ses histoires de poireau, tant que je fantasmerai, moi aussi, sur ses conquêtes, jeunes, belles, noires, rousses, connes ou mêmes intelligentes.

Je me suis levé pour m’habiller. J’arrivais pas à mettre la main sur mon caleçon. Qu’il aille se faire voir, j’ai pensé. J’ai décidé de, l’abandonner sur place.

D’autres chroniques sur John Fante :
-  Demande A La Poussière
-  Mon Chien Stupide

D’autres chroniques sur Dan Fante :
-  Les Anges n’ont rien dans Les Poches

D’autres chroniques sur Dan & John Fante réunis :
-  Fante, un père et un fils

D’autres chroniques sur Charles Bukowski :
-  Contes de la Folie Ordinaire
-  Women

 

3 commentaires

Les Femmes de Charles Henry 31 mai 2009 Utopie 2  rép.

Je crois que tu n’as pas vu le film Barfly ... ( ?)

Cours, saute, nage, trouve toi le film et savoure !

Je pense qu’il te plaira beaucoup, c’est peu, énormément et encore plus !

Je l’ai vu au ciné et j’ai toujours en mémoire ce film.

Oui je fais partie des filles qui lisent Bukovski (je n’ose dire "et qui en redemande" parce que :
-  il me fait rire aussi,
-  il me touche aussi (euh là c’est pe risqué de le dire ainsi),
-  il m’aide à sortir des carcans qui polluent la vie.
-  ses livres me font du bien (y’a pas de mal à se faire plaisir aurait-il dit.) Provoc facile diront certains et bien FUCK serait ma seule réponse.

Les Femmes de Charles Henry 31 mai 2009 Black

Je crois que tu n’as pas vu le film Barfly ... ( ?)

Cours, saute, nage, trouve toi le film et savoure !

Je crois que j’ai vu le film, mais cela doit remonter à plus d’une dizaine d’années, dans une autre vie en somme... une vie où, à mes yeux, Charles Henry n’existait pas encore, Chinaski était un inconnu, tout comme Bukowski... Autant dire que je n’ai pas pu apprécier le film à sa juste valeur et que Mickey Rourke ne représentait qu’un simple ivrogne anonyme...

Il est clair que maintenant que j’ai basculé dans un autre monde, celui du « FUCK » de Hank, je me dois de le revoir, et je pense qu’il ne peut également que me plaire...

Les Femmes de Charles Henry 31 mai 2009 Black

Oui je fais partie des filles qui lisent Bukowski (je n’ose dire "et qui en redemande" parce que :
-  il me fait rire aussi,

Hank doit être au courant du vieil adage : " Femme que l’on fait rire, à moitié conquise ". Pour l’autre moitié, il doit se fier au charme de son poireau... smiley

- il me touche aussi (euh là c’est pe risqué de le dire ainsi)

oups, terrain glissant... J’avais pensé mettre un paragraphe sur la vaseline, mais je crois que je vais m’abstenir sur ce coup-là. Pas la peine d’en rajouter ! smiley Et puis, c’est toi qui a commencé !

- ses livres me font du bien (y’a pas de mal à se faire plaisir aurait-il dit.)

Surtout que la lecture est un plaisir sain...

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 73 visiteurs par jour (611118 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2