Paul Auster La Musique du Hasard (2ème partie)

12.04.2006 | Mis à jour le 16.05.2007 | Black
6085 visiteurs  -  3 commentaires

Un beau jour, Nashe hérite d’une petite fortune d’un père qu’il n’a aperçu que deux fois dans son enfance. C’est le point de départ de cette vie qui, petit à petit, va basculer.

« Nashe n’avait aucun projet particulier. Tout au plus envisageait-il de se laisser flotter pendant un certain temps, de voyager d’un endroit à l’autre et de voir ce qu’il arriverait. Il pensait qu’au bout de quelques mois il en aurait assez et qu’il s’appliquerait alors à décider ce qu’il devait faire. Mais deux mois s’écoulèrent, et il n’était toujours pas disposé à s’arrêter. Il s’était épris peu à peu de cette nouvelle vie de liberté et d’irresponsabilité, et, dès lors, il n’y avait plus de raisons d’en changer. »

Nashe décide alors de tout plaquer, boulot, maison et même famille, pour prendre la route et vagabonder d’états en états. Sans but précis, sans rêve déterminé. Voyages faites de rencontres fortuites. Il se lie d’amitié avec Pozzi, joueur de poker professionnel rencontré au bord de la route, qui va l’entraîner malgré lui vers une surprenante partie. Compagnon de fortune et d’infortune.

Une première lecture datant de bien des années, j’ai eu envie de [re]découvrir ce roman afin que Paul Auster (écrivain qui au fil de ses romans m’enchante et continue à m’enchanter, à m’impressionner et à me perturber) ait enfin une petite place sur ce site. Et, une nouvelle fois, je me sens plonger dans des errances humaines faites de rencontres, de petits détails du hasard qui peuvent faire de grands ou petits destins. J’y retrouve un homme qui se complait de se voir proche d’une déchéance grâce à un tout petit rien ; un homme qui du jour en lendemain, et sans remord, décide de tout abandonner pour... n’aboutir à rien ou si, plutôt pour aboutir à sa perte. Un autre regard sur le choix et la liberté qu’un homme peut avoir dans sa vie : en se voulant libre, il s’enferme et erre dans un nouveau labyrinthe.

(JPG)

Pour moi, « La Musique du Hasard » est un grand Paul Auster, un de ces (ses) romans qui, même après plusieurs lectures, continue et continuera à toujours me fasciner au même titre que La trilogie New-Yorkaise, Moon Palace ou Le voyage d’Anna Blume.

Le talent étant peut-être inscrit dans nos gênes, je vous propose de découvrir une autre « Musique du hasard », celle de Sophie Auster.

 

3 commentaires

Paul Auster 11 novembre 2008 Utopie 2  rép.
Je venais voir, lire ce que tu en disais, bon je suis tentée par La Musique du Hasard smiley . . . . . . . . . .  smiley
Paul Auster 7 janvier 2009 Utopie

Voilà je l’ai, le regarde, ouvre la première page, la referme, compte les coeurs et cherche LE moment pour y rentrer. C’est parfois terrifiant de suivre un coup de coeur, c’est un peu comme si l’on nous ouvrait une porte vers un petit bonheur, on a peur de se casser la binette et de décevoir. Nan ?

Nan. Bon.

 smiley

Paul Auster 12 janvier 2009 Black

TERRIFIANT...

On l’a acheté généralement de façon compulsive, et une fois chez soi, on y repense, on s’interroge et on réfléchit :

coup de cœur... et puis... et alors... est-ce que ce livre me ressemble ? Pourquoi l’ai-je donc finalement pris ?

On se sent obligé de l’aimer, et on craint de passer à côté de l’histoire, de ne pas tout comprendre, de s’être fait "avoir" par les émotions des autres. Du coup, on hésite, on tâte le livre, on regarde la couverture, puis la quatrième de couverture, puis on compte les cœurs... Mais une force nous retient. Au fond on a peur...

Mais parfois, on tombe sur ce genre de commentaires d’autrui :

Je n’étais pas totalement conquise en cours de lecture, peut-être par auto-protection, je n’avais pas envie de noirceur et puis je me suis retrouvée happée et j’ai fini le livre d’une traite.[...]

J’ai trouvé intéressant et bien senti (c’est du vécu) le poids que peuvent avoir un parent sur son enfant, c’est palpable et c’est aussi angoissant autant comme enfant que comme parent.[...]

Je n’avais pas trop envie de résumer [X], difficile car chargé d’émotions, on peut les traduire mais c’est peut-être mieux de les vivre en lisant le livre ?

Avant de lire ces quelques lignes, j’ai longtemps étudié la question. J’aime terriblement le père, le fils ne peut que me décevoir. Après la lecture de cet avis avisé, à la première occasion, me voilà affublé d’un nouveau roman d’un nouveau poivrot ! Finalement, je n’ai pas eu la patience d’attendre, mon esprit était prêt, ma tête aussi et mes mains se sont mis à tourner frénétiquement les pages... Dernière page, impression émue : ce type est un être humain, alcoolique mais humain. Ce livre est un chef d’œuvre absolu et j’en redemande. C’est pour cette raison que parfois je suis les coups de cœur des autres.

Mais tous les coups de cœurs ne se valent pas ; tous n’ont pas la même force, la même émotion, la même emprise sur vous. Alors peut-être seras-tu déçue ? Peut-être déchanteras-tu face aux louanges que j’ai pu lui donner ? Mais peut-être que tu découvriras un auteur qui t’apportera autant de joie et d’émotion que Ogawa ou Murakami ? Qui sait ? à part qu’avec une telle réponse, tu ne sauras toujours pas s’il faut continuer à compter les cœurs ou à commencer la lecture de ce coup de cœur...

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 70 visiteurs par jour (599416 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2