Kyuss Welcome to the Sun Valley

18.05.2006 | Black
4588 visiteurs  -  Aucun commentaire

« Welcome to the Sun Valley »

Welcome to the Sky Valley - Kyuss [1994] - 13.3 ko
Welcome to the Sky Valley - Kyuss [1994]

J’ai l’impression de regarder une affiche publicitaire pour un nouveau voyage "low-coast". Alors je me suis dis, intérieurement : "OK, puisque qu’on m’aguiche avec cette belle photo de vacances, je pose toutes mes RTT, je prends mon baluchon et en route pour cette vallée du soleil".

Lors de mon premier voyage, j’ignorais tout de cette vallée. Jamais entendu parlé, une rencontre fortuite avec un disque, une musique du hasard. C’est donc avec un esprit aventureux que je décide d’entreprendre ce séjour. Je n’ai jamais été doué pour les préparatifs mais il faut bien que quelqu’un fasse mon sac :
-  une boussole
-  une crème solaire protection UV maximal (indice 99)
-  un couteau suisse
-  une bière.

Mais finalement, le temps que j’arrive, la bière sera chaude : je pourrais certainement en trouver une sur place. Le couteau suisse, à quoi va t-il pouvoir me servir ? Je ne vais certainement pas jouer les Mac Gyver en plein désert. La boussole : pas si utile que ça, je vais là-bas pour m’y perdre et pas pour trouver mon chemin. En fin de compte, je n’ai besoin de rien... Je garde quand même la crème solaire, j’ai la peau fragile. Et je pars sur le champ découvrir cette vallée du soleil.

Atterrissage en plein désert, entre poussière et cailloux. La chaleur est suffocante. Le soleil me cogne la tête. A moins que cela soit les vibrations d’une batterie surpuissante qui me frappe d’entrée. « Gardenia » débute. Le rythme est rapide. Mon esprit va pouvoir se vider entièrement. Le rock m’y aide, surtout du rock brut, puissant, sans concession. Attention, brut et puissant ne veut pas dire inaudible et saturation. De toute façon, sans rock, vous êtes perdu dans cette vallée. Il n’y a rien dedans, rien autour. Poussière et cailloux. Cela me fait penser à John Fante et son Arturo Bandini : "D’un tas de sable et de cactus on s’est taillé un empire, nous autres américains." Et c’est aussi ça la force de Kyuss : de poussière et de cailloux, un rock puissant a pu naître et s’est dressé dans ce monde. Cela me convient. Je suis venu de si loin exprès pour ça. Et seul, au milieu de ce désert, je ne me sens pas perdu avec ce son dans la tête. L’esprit de Deep Purple rode entre chaque pierre, entre chaque cactus.

Devant moi, le soleil inonde cette longue plaine désertique. J’ai enlevé mes lunettes noires (de toute façon, y’a personne, je ne risque pas d’être reconnu ; et puis même s’il y avait du peuple, je ne suis pas connu du tout). Je fixe cette boule de feu. Je la sens foncer sur moi à une vitesse hallucinante [1]. Les riffs de la guitare m’envahit et je plonge au travers de cette lumière d’un orange intense. Je fonds littéralement dedans, au même titre qu’« Asteroid » fond en moi. J’explose. Moi aussi, je veux devenir poussière et cailloux. Moi aussi, je veux m’intégrer au plus profond de cette vallée.

« Supa Scoopa and mighty Scoop » s’enchaîne avec aisance. Les changement de rythmes aussi, les riffs également... Mon esprit vole au milieu de cette poussière. Il a conscience de vivre quelque chose de grand, de profond, d’être au milieu d’un puissant chef-d’œuvre. Et cette batterie qui claque toujours aussi fort dans mes tympans. Je découvre avec enchantement une touche de psychédélisme, d’expérimental dans ce trip. Certainement un voyage inoubliable avec quelques superbes instrumentaux pour explorer toutes les merveilles de ce désert.

Le soleil se couche à l’horizon, les 10 titres terminent en beauté [j’ai même eu le droit, au hasard de ma route, à une piste cachée]. J’ai découvert une nouvelle contrée, « The Sun Valley ». Ce fut un grand moment que je conseille à tous (du moment qu’on apprécie le rock et qu’on aime s’y perdre). Depuis, je refais souvent ce long voyage en direction de la « Vallée du Soleil », un peu comme certains vont à Lourdes. C’est mon pèlerinage. Et à chaque voyage, de nouvelles sensations s’imprègnent dans ma tête, dans mon corps, mon âme et mon cœur. Je découvre de nouvelles pistes poussiéreuses dans ce désert, pour mon plus grand bonheur.

Conscient de cette époustouflante partition, le groupe s’est séparé peu de temps après, ayant certainement fait le tour de ce désert. J’ai cru que le stoner rock était mort dans ce désert mais c’était sans compter une résurrection de ce courant avec QOTSA [2] et Fu Manchu. A noter que ces deux groupes prennent leur naissance au sein même de Kyuss.

[1] J’ai du trop abuser de More de Barbet Schroeder.

[2] pour le non-initié que je fus : Queens Of The Stone Age

 
 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 67 visiteurs par jour (608552 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2