Keith Jarrett Radiance

07.06.2006 | Black
4569 visiteurs  -  4 visiteurs aujourd'hui  -  2 commentaires

Radiance, deux concerts Made in Japan totalement improvisés.

Instant étrange où un pianiste se produit sur scène sans avoir la moindre idée de ce qu’il va jouer.

Quand je me suis assis au piano, lors de ces deux concerts au Japon, je n’avais aucune idée de ce que j’allais jouer. Pas de première note, pas de thème. Le vide. J’ai totalement improvisé, du début à la fin, suivant un processus intuitif. Une note engendrait une deuxième note, un accord m’entraînait sur une planète harmonique qui évoluait constamment. Je me déplaçais dans la mélodie, les dynamiques et les univers stylistiques, pas à pas, sans savoir ce qui se passerait dans la seconde suivante. Mais la musique ne naît jamais de la musique ; ce serait comme dire qu’un enfant naît d’un enfant. Rien ne se crée à partir du rien. La musique est l’aboutissement d’années de travail et d’écoute, et cela est plus évident encore quand la création est faite dans l’instant.

Keith Jarrett se retrouve seul, seul face à un public, seul face à un piano. Il s’assoit, cérémonieusement ; la première note tombe et la magie commence.

Pour la première fois de ma vie, avant mes prestations au Japon, j’ai étudié pendant des mois. Le concert de Cologne, qui, à l’époque, avait été pour moi un acte de liberté, était devenu ma cage. J’ai dû le tuer. En musique, on construit des monuments d’architecture pour, ensuite, les abattre. C’est ainsi qu’on avance. Donc, avant ces deux concerts, j’ai voulu me défaire de mes stéréotypes. Je me mettais au piano en étant conscient de ce que je ne voulais plus entendre, mais sans savoir encore ce que je voulais entendre. Cela a pris des mois : je revenais toujours à mes vieux clichés. Dès que j’en entendais un arriver, je m’arrêtais... et recommençais. L’exercice a été épuisant. Mais il m’a permis de découvrir quelque chose d’extraordinaire !

30 ans après The Köln Concert, Keith Jarrett revient dans une séance d’improvisation douloureuse mais qui engendre une harmonie magique, féerique entre son piano et son cœur.

Lire l’interview complète.

Ecoutez ce silence entre les notes...

...

...

...

...

Je plonge à nouveau dans cette mélodie, sa mélodie. Keith en est le maître, il possède cette inspiration, ce souffle divin et m’emporte une nouvelle fois dans un autre monde, un monde où règne une douce harmonie, un monde pour lequel je plane au-dessus de l’eau, un monde pour lequel je plonge sous les montagnes...

Un monde tout simplement magique où j’ai pu m’infiltrer par une porte dérobée qui s’est entrouverte à l’écoute des premières mesures de Keith Jarrett...

...

...

 

2 commentaires

Keith Jarrett 7 novembre 2007 simodrabat 1  rép.
tout simplement divin,un feeling incroyable !
Keith Jarrett en duo ? 8 novembre 2007 Black

Keith Jarrett en solo, cela reste toujours une musique divine. Est-ce réellement de l’improvisation ? Mais que veut dire improviser dans un monde où il passe 75 % de son temps à jouer du piano. Du moment que cela reste magique...

J’avoue nettement ma préférence pour ses versions « solos ». Cela dit, tout récemment (et en écoute aujourd’hui même), j’ai découvert une petite « rareté ». Il n’est plus seul devant son piano, ni avec son fidèle trio composé de Gary Peacock et Jack DeJohnette. Et ce que j’écoute actuellement, sans me faire vibrer à l’extrême, me procure une agréable et plaisante surprise. Un duo ! Et non ce n’est pas avec Jan Garbarek (que j’adore) mais dont les deux (ou trois) albums faits ensemble m’ont terriblement déçus. Pas de saxophone, pas de guitare, ni de batterie. Seulement un piano, et un... Vibraphone (bon OK, avec épisodiquement la participation d’autres instrumentistes, mais l’essentiel de la surprise provient de ce vibraphone). Un bon petit duo avec Gary Burton sur l’album « Throb ».

A découvrir smiley

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 101 visiteurs par jour (597265 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2