The Pink Floyd & Syd Barrett Story Tribute

12.07.2006 | Mis à jour le 01.11.2006 | Black
7135 visiteurs  -  6 commentaires

Syd Barrett n’est plus parmi nous...

(JPG)

Mais son esprit va longtemps hanter ma musique. « The Piper at the gates of dawn », début de l’ère floydienne, n’a toujours pas intégré ma discothèque idéale. C’est peut-être un tort ! Sûrement ?! Je ne sais pas... Par contre, ce dont je suis certain, c’est que sans sa présence et son génie musical, Pink Floyd n’aurait peut-être jamais existé. Des albums comme « A Saucerful of Secrets » ou « Wish You Were Here » ne seraient jamais apparus sur ma platine CD. Ce groupe n’est pas composé de 4 membres mais 5. Il y a toujours eu une pensée créative, une source inspiratrice provenant de l’âme de Syd. Je sais, par conséquent, que tout mon univers floydien repose bien évidemment sur la force de Roger Waters, David Gilmour, Nick Mason et Richard Wright mais aussi sur une inspiration originelle de Syd Barrett. SYD, un génie musical... Un visionnaire... Voilà ce que tu es : « un génie musical visionnaire ». Tu es à l’origine de cette vague psychédélique qui a tant ancré mon esprit et mon âme. Sans toi, le rock n’aurait pas connu cette escapade aux frontières de l’imaginaire planant. J’en suis convaincu.

The Pink Floyd & Syd Barrett Story

(JPG)

Et visiblement, je ne suis pas le seul à en être convaincu. Roger Waters, David Gilmour, Nick Mason et Rick Wright le sont aussi. Ils savent que sans ta créativité, Pink Floyd n’aurait jamais connu un tel essor. Passer des petits cabarets en banlieue londonienne à une reconnaissance mondiale : c’est grâce à toi, Syd. Tu peux en être fier. Et tes quatre potes d’enfance le sont aussi. Ils ont cette reconnaissance, malgré l’immensité du succès qui est survenue après ton départ, après ta petite mort. Si le groupe n’existe plus (chaque membre est interviewé séparément dans des lieux bien distinct), il est unanime sur le sujet : tu as toujours fait partie du groupe même après ton départ. Et en guise de témoignage, ils ont écrit leur meilleur album « Wish You Were Here » en pensant à toi. A chaque fois que le groupe interprète des morceaux de cet album, chaque membre ressent ta présence, t’observe en te regardant droit dans les yeux et en te disant tout l’amour qu’ils portent encore en eux. Ils continuent à t’imaginer à l’âge de 24 ans, date où tu les (nous) as quitté, pour ne garder en esprit que le meilleur de toi. Mais dès que « Shine... » commence, des frissons surviennent, indiquant que t’es toujours à leurs cotés.

Émouvant, voilà ce que je retiens de ce fantastique documentaire. La façon dont ces artistes, mondialement plébiscités, te rendent hommage reste touchante. Et en visionnant ces images, je découvre un peu mieux ton esprit, ton âme... une âme qui s’est perdue dans des paradis chimiques. En parallèle, mon esprit affiche quelques images du film de Barbet Shroeder « More ». Peut-être y’a-t-il un peu de toi là-dedans, aussi. Pourtant tu semblais avoir une âme pure, mais peut-être justement qu’elle était trop pure pour survivre dans notre monde actuelle. Tu avais des idées, tu avais du talent et j’ai redécouvert cela à travers ce reportage et ces images d’archive. Je ne soupçonnais pas un tel impact dans ta musique et j’ai appris à voir et écouter ton talent. Bien sûr, « Shine... » fait partie de mes albums fétiches au même titre que « A saucerful of secrets » pour lequel tu as un peu participé en y insufflant quelques parcelles de ton âme. Je ne me fais pas de soucis avec ces albums, je sais pertinemment que des heures d’écoute s’enchaîneront au cours de ma vie. Par contre, je vais redécouvrir tout ton talent sur « Madcap Laughs » ou tout simplement [« Barrett » et certainement l’écouter d’une autre oreille. Plus profondément, plus sereinement... Le fou n’était peut-être plus parmi nous, physiquement, mais son âme continue de planer au dessus de moi...

Innovation, délire, tristesse et désespoir...Du blues, version comptine pour enfants au LSD...

I’ve got a bike. You can ride it if you like.

It’s got a basket, a bell that rings and

Things to make it look good.

I’d give it to you if I could, but I borrowed it.

[...]

I know a mouse, and he hasn’t got a house.

I don’t know why. I call him Gerald.

He’s getting rather old, but he’s a good mouse.

[...]

I’ve got a clan of gingerbread men.

Here a man, there a man, lots of gingerbread men.

Take a couple if you wish. They’re on the dish.

[...]

Mais tu n’es pas présent seulement sur « Wish You Were Here ». Des traces de toi sont omniprésentes sur les autres albums, comme si tu n’avais jamais quitté le groupe, comme si tu faisais encore partie intégrantes de cette musique psychédélique dont tu as été un des pionniers et des piliers fondateurs. « The Wall » de Roger Waters : c’est l’histoire d’un type qui... (raccourci beaucoup trop court mais peut-être qu’un jour, une chronique sur cet « opéra-rock » verra la jour sur ce site). En fait c’est un peu toi, ce type... Un type, un artiste, les yeux noirs, les yeux dans le vide, qui regardent, regardent quoi ? le rien, le vide, le néant, et qui pensent, pensent à quoi ? au rien, au vide, à tout, et sa cigarette qui se consume indéfiniment entre ses doigts...

Ceci n’est pas un scoop, mais Syd est toujours vivant. Je le vois au dessus de moi. Je sens sa présence à chaque album de Pink Floyd. Il est avec moi et il me réconforte dans les moments de spleen. Il est éternel comme la musique de Pink Floyd, comme un diamant brut...

Remember when you were young, you shone like the sun.

Shine on you crazy diamond.

Now theres a look in your eyes,

like black holes in the sky.

Shine on you crazy diamond.

You were caught on the crossfire of childhood and

stardom, blown on the Steel breeze.

Come on you target for faraway laughter,

come on you stranger, you legend,

You martyr, and shine !

You reached for the secret too soon,

you cried for the moon.

Shine on you crazy diamond.

Threatened by shadows at night, and exposed

in the light.

Shine on you crazy diamond.

Well you wore out your welcome with random

precision, rode on the Steel breeze.

Come on you raver, you seer of visions,

come on you painter, you piper,

You prisoner, and shine !

 

6 commentaires

The Pink Floyd & Syd Barrett Story 15 septembre 2008 Black 1  rép.

Ce soir, mon âme sombre dans Sysyphus...

« Sysyphus » est une contribution solo de Rick Wright en 4 parties. Courte symphonie rock progressive dans laquelle le claviériste explore et expose des facettes très diverses de son art. C’est une légende de la mythologie grecque qui lui en fournit le prétexte. 1969 - Ummagumma, l’album éternel !

The Great Gig in the Sky forever... 16 septembre 2008 A Roger Addict

The Great Gig, Us & Them, Wish you were here et bien sûr les monumentaux Echoes et A Saucerful of Secrets...La Musique Moderne a perdu aujourd’hui un de ses plus grands génies. Merci Mr Wright pour ces morceaux éternels, paix à votre âme et joyeuses retrouvailles avec votre vieil ami Syd...  :’(

The Pink Floyd & Syd Barrett Story 9 novembre 2007 .Sid
J’aurais pas dit mieux, mais je le pense aussi fort =’).
Syd Barrett 24 août 2006
Shine on Syd Barrett, a crazy diamond
Syd Barrett 12 juillet 2006 blue 1  rép.
Ca m’a fait de la peine d’apprendre sa mort ce matin à la radio smiley
Syd Barrett 13 juillet 2006 Black

Même s’il a une discographie peu fournie, je pense que c’est un gars qui a énormément compté dans le paysage Rock des années 60-70...

Une icone incontournable sans qui le courant psychédélique n’aurait peut-être pas pris son essor...

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 60 visiteurs par jour (604516 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2