Jared Diamond Effondrement

19.07.2006 | Mis à jour le 28.03.2007 | Red
9074 visiteurs  -  11 commentaires
Pourquoi certaines civilisations ont-elles disparu de la planète alors que d’autres existent et survivent depuis des millénaires ? Ce que les archéologues et historiens nous apprennent sur le sujet peut-il nous aider à anticiper l’avenir de notre civilisation actuelle ?
(JPG)
Effondrement

L’ile de Pâques est l’endoit le plus isolé au monde : 3700 kms à l’est du chili, et à 2100 kms à l’ouest de l’ile polynesienne la plus proche. Les 1er colons polynésiens acostèrent approximativement vers l’an 900 après JC. A cette époque l’ile était encore couverte d’arbres, la terre était fertile, les oiseaux de mers étaient nombreux. Quelques 800 ans plus tard, quand le hollandais Jacob Roggeveen "découvrit" l’île le jour de Pâques 1722 (d’où le nom), il n’y avait plus un arbre (juste quelques arbustes de moins de 2m), la terre était érodée, plus rien ne poussait, et les oiseaux avaient disparus. Il ne restait que quelques milliers de pascuans (nom des habitants de l’île) affamés et coincés sur cette île, ainsi que les fameuses statues (moaïs) dont les européens se demandaient bien comment elles avaient pu être érigés par ce peuple d’aspect misérable.

Entre ces 2 dates, les pascuans avaient fondé une société hiérarchisée et separée en une douzaine de clans commandés par autant de chefs. Tous ces clans vivaient en paix, rivalisant seulement en tentant de construire des moaïs (dont on suppose qu’ils servaient à rendre hommage aux dieux) plus grand que ceux du voisin. Pour déplacer et dresser ces statues colossales sur les plages de l’ile, dos à la mer, il fallait construire des km de sortes de rails en bois. A cela s’ajoutait le bois utilisé pour le chauffage et la cuisson. De plus le climat particulier de l’ile ne favorise pas la repousse rapide de la foret (contrairement à d’autres iles du Pacifique). Au fur et à mesure de la déforestation, les sols qui n’étaient plus protégés par les branches ni tenus en place par les racines des arbres, étaient balayés par le vent et la pluie, les plantes et l’herbe disparaissaient. La terre ne pouvait plus fournir de cultures suffisantes pour nourrir une population qui en plus atteignait son point culminant d’environ 25000 personnes. L’agriculture subvenant de moins en moins aux besoins des habitants, ceux-ci se reportèrent sur les oiseaux, poissons, coquillages qui finirent par disparaître eux aussi. Voyant leurs conditions de vie péricliter (allant jusqu’au cannibalisme), les pascuans sollicitérent de plus en plus le soutien de leurs dieux et fabriquèrent de plus en plus de moaîs, ce qui necessitait de plus en plus de bois... Puis les clans qui vécurent en harmonie pendant des siècles se firent la guerre pour obtenir les dernières ressources de l’ile (bois, nourriture...) et les moaïs des clans adverses étaient renversés pour qu’ils se brisent. C’est à ce moment qu’arrivèrent les européens.

Faut-il y voir dans cette histoire ce qui pourrait arriver à nottre civilisation moderne ? Les choses ne sont pas si simples mais le parallèle est quand même très tentant.

Pour en savoir plus sur l’ile de Pâques et connaîtres les histoires tout aussi passionnantes du déclin d’autres civilisations tels que les vikings (ceux qui colonisèrent l’Islande et qui ont survécu, ceux du Groënland qui ont disparus au bout de 4 siècles et ceux d’Amérique du Nord qui ont tenus à peine une décennie), les Mayas, le Japon, l’Australie, le Rwanda..., plongez dans la lecture de ce bouquin très documenté et très argumenté dans lequel l’auteur essaye de comprendre les raisons écologiques, climatiques mais aussi sociales, cultutrelles et comportementales qui font que certaines civilisations disparaissent et que d’autres survivent.

 

11 commentaires

Jared Diamond 31 janvier 2009
je signale le livre de Jancivici et Grandjean ("c’est maintenant" ed. Le Seuil)qui a utilisé de façon métaphorique et bien intéressante l’histoire de cette disparition des pascuans pour éclairer le sort des civilisations techniciennes avancées et productivistes, obsédées par l’argent symbole et oublieuse de la réalité physique, condition de survie. Ils mettent ainsi en lumière le danger de représentations dématérialisées de l’économie et de la richesse qui conduit au divorce entre le profit réel et le profit symbolique : nous en sommes au point que nous gaspillons du capital naturel physique essentiel à le vie sur la plamète pour économiser du capital financier (qui n’est que le signe de la richesse -les "coquillages" selon l’image de la monnaie primitive) il y a urgence à repenser tout çà et agir !! Il est temps de remettre les choses à l’endroit smiley
Jared Diamond L’accord du participe passé ! 28 mars 2007 Georges Perrin 1  rép.
"Pourquoi certaines civilisations ont-elles disparues de la planète..." Disparu ! Non ?
Jared Diamond L’accord du participe passé ! 28 mars 2007 Red

merci professeur...

Jared Diamond 20 février 2007 SAMSO Sandrine

Cet ouvrage est un formidable travail de recensement mais il lui manque une analyse profonde qui permettrait de démontrer les similitudes et les différences avec le monde d’aujourd’hui ; il cite de nombreux exemples et des expériences personnelles comme preuves, ce qui est loin d’un raisonnement scientifique ; il manque une réflexion sur l’incompressibilité du temps.

Je ne suis qu’une modeste lectrice, simple ingénieur, plutôt déçue par l’ouvrage qui reste, selon moi, un peu trop superficiel. Sandrine

-----> Déçue

Jared Diamond 17 février 2007 Serge Lequeuvre

L’ouvrage est remarquable, passionnant, suscite souvent l’inquiétude et la colère (il met souvent en lumière des pensées obtuses ou d’incroyables égoïsmes conduisant à des catastrophes, encore de nos jours) ... tout en proposant, dans son dernier chapitre, quelques pistes optimistes. Particulièrement intéressante, parce qu’il est difficile de trouver des éléments en français sur cette aventure, est la partie consacrée aux Norvégiens du Groenland. Un livre à promouvoir absolument.

Serge

Jared Diamond 16 janvier 2007 un véterinaire 3  rép.
Le livre est passionant à lire cependant "je pense qu’il doit y avoir un probléme de traduction dans la surface de l’ile de Paques : il est admis que sa surface est de 162km² et non de cent soixante et onze mille km²p 90, soit la surface de departement "des haut de Seine"(176 km²),d’autres petits pb , mais que ce livre est agréable à lire.

-----> Effondrement

Jared Diamond 18 janvier 2007 Red

Bien vu vétérinaire, il semble bien qu’il y ait erreur. Difficle de savoir si elle vient de l’auteur ou du traducteur. J’avoue humblement qu’elle m’avait totalement echappé... Mais je ne pense pas que cette petite boulette (même si elle n’est pas la seule) puisse jeter le discrédit sur l’ensemble du bouquin qui est à recommander à tout le monde en cette époque où l’écologie et le développement durable semblent être à la mode.

Jared Diamond 26 janvier 2007 Julien

A la page 83 de l’edition originale (que j’ai sous la main), Jared Diamond donne une superficie de 66 square miles pour l’ile de Paque, ce qui correspond donc environ a 170 km2 et des brouettes... Le traducteur a sans doute seche les cours de math...

Jared Diamond 26 janvier 2007 Red

ça doit être un littéraire, donc c’est pas surprenant qu’il comprenne rien aux maths...

Jared Diamond 20 juillet 2006 Black 1  rép.

Tout d’abord, bienvenue au petit nouveau rédacteur...

Très intéressant cet article (et ce livre). J’espère simplement que dans un millénaire, il y aura encore des journalistes et/ou des écrivains pour raconter comment notre civilisation dite « développée » s’est éteinte en 2039 après J-C.

Jared Diamond 20 juillet 2006

Merci pour l’accueil Black, je suis trés honoré d’intégrer cette équipe et j’espère que je pourrai progresser assez pour me rapprocher du niveau des autres rédacteurs (pour l’instant y a encore du boulot).

 

Poster un nouveau commentaire


Modération de ce forum :

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Emoticones :

(Pour insérer un émoticone, cliquez simplement sur l'image.)

:aime::bof::clindoeil::diable::en_colere::etoile::exclamation::fleur::interrogation::langue::lol::lunettes::mouai::pas_content::pleure_de_rire::rigolo::sourire::surprit::triste::xtra:

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Qui êtes-vous ? (optionnel)


Derniers Commentaires

Articles les plus populaires

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Au hasard

Articles poussiéreux

Too Cool for Internet Explorer

En noir et bleu est motorisé par le logiciel libre Spip 1.8.3 associé au squelette graphique BliP 0.91

20 rubriques ... 318 articles ... 729 commentaires ... sites référencés ... 103 visiteurs par jour (597130 au total)

Haut de page | XHTML 1.0 | CSS 2